gruyeresuisse

22/04/2015

Joachim Brohm et la chute des temps

 

 

 

 

 

Brohm.jpgJoachim Brohm est un photographe particulier du paysage. Il n’en retient que la perte, son envers ou ses restes  comme si de la planète il ne conservait que la catastrophe selon une vision « décadente » dans laquelle la notion de reportage se transforme en poétique de la ruine. Du monde urbain ou agricole ne sont restitués que les ravages en une saisie de l’envers et du revers du "décor". Dans tout ce qui est abîme le photographe trouve du grain à moudre. Tout le paradoxe de son art est là : l’ « objectus » (le jeté devant nous) est donc « proferre » (porté en avant) afin non d’y découvrir une pulsion mortifère mais l’obligation de penser le réel tel qu’il est.

 

Brohm 2.jpgJoachim Brohm est arrivé là par un long processus de murissement et de ressassement. Ne reste que le crépuscule du monde consumérisme auquel la force des images donne une densité qui s’achève invariablement dans le feu, le vide ou le courant d’air. Montrant ce qui est mis à l’écart  l’artiste replace paradoxalement le paysage dans le temps, gagne un peu sur lui en une explosion d’instants reliques de tout ce qui arrive et n’est pas forcément réjouissant - euphémisme !

 

J-P Gavard-Perret

 

 

 

Joachim Brohm, « Typology 1979 », MACK éditions,  2014

 

Joachim Brohm, Valentina Seidel : "Not A House / But A Face", Fotohf, Salzburg, 1er mai - 13 juin 2015.

 

 

 

15:51 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.