gruyeresuisse

22/03/2015

L’érotisme transcendantal de Philippe Pache

 

 

Pache 2.jpgLe nu constitue en art un sujet majeur mais trop souvent  il est dévalué car ceux qui s’y penchent. Ils ne l’abordent pas comme émouvant, difficile et ferment la  fenêtre de l’âme qui l’agite. Philippe Pache à l’inverse porte l’éros dans un lieu plus sérieux, moins régressif.  Ses photographies offrent un ordre énigmatique à  la nudité.  La pulsation du corps ne penche pas vers le libidineux mais vers un rayonnement de l’être. La femme devient plus une « opératrice mystique » qu’un simple « objet » de désir. La peau devient la limite où porte le regard selon une pratique qui se veut une expérience plus transcendantale que libidinale.

 

Pache 3.jpgRejetant l’érotisme « délibéré »  le Vaudois  fait preuve de pudeur respectueuse envers ses modèles. La lumière du noir et blanc préserve leur énigme  plus qu’elle n’allume des fantasmes. Le corps est surpris dans l’impalpable étirement d’instants. Il devient presque immatériel. Le trouble est là sans doute mais tout est conçu dans le processus créatif afin que le regard contemple sans désir l’objet du désir. La sensualité est présente mais dépassée L’émotion esthétique est soumise à un filtre pour que surgisse moins le corps que la vie. La photographie se détache de toute confusion annexe afin de conserver le mystère consubstantiel à l’œuvre d’art. Elle tend à la lumière qui révèle sans épuiser, déploie sans disperser.  Le corps n’est plus « dévorable » : il agit sur le regardeur (moins que voyeur) plus métaphysiquement que de manière physique au sein de sa plénitude, de son aura particulière, de l’espérance d’une venue. Celle-ci n’est pas la promesse d’une consolation fantomatique. Le révélation est autre  :  le noir et blanc, ses volumes autorisent une transparence entre l’innocence et le sacré. Ils laissent affleurer une disponibilité autre qu’ « opportuniste » et plus intérieure que spectrale.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

17:56 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.