gruyeresuisse

16/03/2015

Juli Susin : variations et perceptions

 

 

 

Susin 3.jpgJuli Susin , « Castle » (avec Véronique Bourgoin), 12 mars – 25 avril, Fotohof,  Salzburg, Autriche.

 

 

 

 

 

Les œuvres de Juli Susin sont à la photographie ce que  les fragments de Nietzsche sont à la philosophie : elles contestent l’  « Immaculata » des dogmes et permettent des confrontations aussi communicantes qu’intempestives. L’artiste traite certaines vieilles images comme contemporaines. Mais l’inverse est tout aussi vrai. Demeure une succession  d’enjambements, d’accords et désaccords plastiques afin d’ironiser le réel comme l’art à  partir d’un double matériau: l’archive et la création.

 



Susin 2.jpgLe souvenir, ses perceptions passées ou récentes offrent des narrations. Elles sont autant d’investigations, de  «Thinking-while-watching» chères à Wittgenstein. Elles convoquent et imbriquent de manière spéculative, l’art, la littérature, l’épuisement des métaphores et des raisonnements logiques. A travers l’œuvre se repose une question essentielle : que voit-on quand on montre l’être ou le réel ? Preuve que Juli Susi demeure à la recherche de l’« archi-image ». Elle refuse la propension illusoire : celle de croire coller la photographie au réel.  Dans les deux le vrai et le faux sont en perpétuelles variations.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

11:14 Publié dans Femmes, Images | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.