gruyeresuisse

10/03/2015

La production de la perte – Emilie Ding

 

 

Ding.jpgEmilie Ding, Until the evening of the echo, Mamco, Genève, 18 février – 10 mai 2015.

 

Emilie Ding s'approprie matériaux, images et procédures de fabrication préexistantes en des compositions et un travail à la fois analytique et critique entre le dessin et la sculpture avec un goût prononcé  pour les structures massives issues du BTP (trames, contreventements et contreforts, métal, béton) et les principes de systématisation. Dans  un langage plastique minimaliste et d’une certaine monumentalité l’artiste diffuse une vision déstabilisante selon un processus de  « disapparition » tant l’univers tel qu'il nous est donné à voir  se met à  "inconsister". Ce travail reste de l’ordre d’un maniement calculé. Il fait surgir des images ordonnanncées mais dans lesquelles l’entrée en jeu d’un signifiant-maître est rejetée. L’œuvre cadre la béance par divers type de fausses pistes et de "biffures". Par ailleurs au Mamco (comme dans tous les lieux d'exposition choisis par la créatrice) les œuvres prennent la mesure du lieu où elles s’imposent.

 

Ding 2.jpgPerdure dans ce travail une « combustion » de la modernité et sa purification. Influencée directement ou indirectement par les figures titulaires reconsidérées en tant que « collègues » ( Rauschenberg,  Smithson, Psychic TV mais aussi Franz Schubert et les cubo-futuristes) la Fribourgeoise amalgame différents temps, courants, époques. La radicalité est impertinente, somptueusement froide en des raccourcis saisissants de l'évolution et de la permanence des formes et des structures.  L'artiste illustre la possible subversion à l'intérieur d'un système aussi bien huilé soit-il.  De telles œuvres, pour paraphraser Mallarmé, deviennent des "images ôtées à la langue". Elles se veulent moins des sublimations que des réflexions. Là où les images semblent se totaliser, se coller imaginairement entre elles Emilie Ding introduit un leurre essentiel. Il crée la marque d’un manque, du manque générique de la jouissance. On peut donc parler à propos de ce travail d'un "imaginaire de lumière" capable de créer les nouvelles conjonctions que le spectateur, (névrosé d'un nouveau genre ?)  peut reconstruire à son profit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

15:12 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.