gruyeresuisse

09/03/2015

Quand la poésie « ratée » rend Ben « ethniste » conséquent

 

 

 

Ben.jpgBen, « Ben ministre des cultures », Editions Favre, Lausanne, 2015

 

 

 

Ben, Suisse - on l’oublie trop souvent - est exilé à Nice où il trouve que le temps passe trop vite. Il affirme écrire de moins en moins  car les mots n’arrivent plus - ou trop mais en même temps. Il ne lui resterait que sa newsletter  « comme un clochard qui dit, il me reste ma couverture  et mon chien ».  Mais Ben écrit « sans se relire  des mots qui se suivent ».  Manière de créer des ponts sur l’eau et de poursuivre une histoire d’univers  et de particules. « Ministre des cultures » il revient à ses dadas et pérore qu’il n’existe pas de « beau ». Pour le prouver il aime peigner de bric et de broc ses textes dans le genre  « idiot parfois naïf toujours égotique ». Mais - dernière ambition ? - il voudrait qu’on le prenne au sérieux. Qu’importe s’il a tout lu et rien compris (quelle coquetterie !) : Foucault, Ibsen, Nietzsche, Freud, etc.. Tout dit-il : sauf Marx. Ce qui est faux mais c’est une manière de cultiver encore une autre coquetterie. Toutefois qu’on se le dise : Ben aime écrire et crie - jusque dans ses rêves dont l’érotisme est parfois incestueux - à Annie (son épouse) et sa mère : « Arrêtez de tout écrire  ». A lui la parole, aux autres le mutisme. Et le voilà qu’il s’imagine  nu  avec son « gros ventre »  assis sur un fauteuil Louis Philippe  au milieu de la place Garibaldi de Nice.

 

 

 

Ben 2.pngBen est ravi d’être publié une nouvelle fois chez Favre à Lausanne même si ses autres livres chez le même éditeur n’ont pas eu le succès qu’ils méritent. En celui-ci il s'intéresse aux  cultures et conflits ethniques dans le monde. Le but est simple : essayer de montrer que ses opinions sont justes : « je suis persuadé que le Ben peintre, artiste, poète sera oublié et qu’on ne se souviendra dans 50 ans que du Ben ethniste ». Alors il convient de répondre à son injonction : « Faites moi plaisir lisez ce livre ». Avait-il besoin d’ajouter : « J’ai même inséré une texte sympa de Michel Onfray  contre ma théorie ». Pas sûr que faire le lit du philosophe approximatif soit un argument pour engager l’achat de l’opuscule. Mais il recèle bien d’autres « grâces » : Ben n’arrête pas de conclure et de se contredire dans le simple plaisir « d’ajouter des paragraphes ».

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 


 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les commentaires sont fermés.