gruyeresuisse

19/02/2015

La poésie chinoise est soluble en Occident

 

 

 

Chine.jpgCollectif, « Anthologie de la poésie chinoise », sous la direction de Paul Mathieu, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 2015

 

 

 

 

Contrairement à ce qu’on pense trop souvent la poésie chinoise est  assimilable sur la scène littéraire mondiale. Contrecarrant la doxa idéologique des pouvoirs, des mouvements tels que « Bawu Yudong » ont marqué l’essor de pratiques expérimentales. Elles  ont dépassé Shangai ou Pékin pour se répandre dans toutes les provinces et peuvent intéresser bien des cultures. Dès la dynastie Zhou lres poètes chinois n’ont cessé d’innover comme le prouve cette anthologie. Ils conjuguent abstraction, figuration, panthéisme et critique. De mystérieux paysages entraînent dans un voyage vers les profondeurs de l'âme :

"dans la complainte de la pluie

le vague  à l'âme est pareil à celui du lilas"

écrit Dai Wanghu. Se dessinent les contours d'une nature saisie dans un clair-obscur. Il n'est  pas sans évoquer la contemplation romantique. Mais à travers ces paysages les poètes montrent les relations entre les êtres  humains, c'est-à-dire, concrètement, les corps et le monde. Ils peuvent jouer avec les lieux de manière libre. Ils deviennent  eux-mêmes parfois leurs propres personnages et influencent l'action, les sentiments, les relations des êtres.  Faite d’expériences la poésie a pu flatter parfois les pouvoirs mais elles met aussi à nu les pires bourreaux de l'idéologie : ceux qui s'ignorent. Les 400 poètes de cette anthologie prouvent donc que l'individu doit être considéré comme tel par la communauté et non comme un moyen d'assurer l'existence de celle-ci. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

08:52 Publié dans Lettres, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.