gruyeresuisse

10/02/2015

Jeu de mains n'est pas pas de vilain - Katja Schenker

 

 

Schenker.jpgKatja Schenker, “ Zementgarten ", EAC (Les Halles), Porrentruy, du 15 février au 12 avril 2015

 

 

 

Pour  Zementgarten   dont la commissaire d’exposition est Esther Maria Jungo, Katja Schenker  poursuit son travail d’action et de performance. Elle crée à Genève un « jardin » en ciment composé de structures  mouvantes où l’intervention corporelle joue un grand rôle. L'expo  est finalement constituée, de 5 photos d'éponges colorées, de  dessins au mur et au sol ainsi que de 2 stèles en béton, le tout   issu de processus performatifs. Les stèles sont  des positifs de  moulages ou plutôt d'intrusion de doigts dans de l'argile. Masse et fragilité se répondent là où différents types d’énergies et de matières entrent en jeu. Le rôle de la main y est essentiel. Il s’agit à la fois de « donner la main » à la matière puis de lui trouver des échos dans des pièces de porcelaine conçues pour l’exposition.  L’index et le majeur y deviennent le symbole de « l’outil » principal mais aussi développent l’idée non seulement « de jeux de mains,  jeux de vilains» mais de souligner un geste de paix.

 Katja.jpg

Existent un principe d’utopie, un scénario fictif pour une narration très particulière. Elle permet de repenser le statut de l'œuvre d'art et de son contexte de production au sein de la labilité d'une expérience sensible. L’idée de Sol Lewitt selon laquelle “ la machine fait l’art” et donc reprise à la base par la présence de la main. Celle-ci inscrit à la fois la subjectivité dans la création mais s'intéresse à la production d’œuvres d’art et leur construction. L’œuvre dans son ensemble crée un espace mental utopique. Il offre des pistes d’appréhension mais aussi une grande jubilation.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les commentaires sont fermés.