gruyeresuisse

03/02/2015

Isabelle Monnier la vagabonde ailée

 

 

 

Monnier 2.jpg

 

Isabelle Monnier s’attarde dans les rues comme dans ses rêveries : des femmes y rôdent, des animaux exotiques aussi dans un réel hybride lorsqu’elle fait des retours au pays mais sans savoir lequel au juste. Née en Afrique la Lausannoise se sent bien du bord du Léman. Et les névralgies de nostalgie ne sont pas de son fait. Mais il lui arrive d’arpenter les congères et les plaques de verglas comme les déserts. Sensible au va et vient du monde elle le reprend, y vagabonde et en fait son jardin aux mille cachettes.

 

 Monnier.jpg

 

Dès que la pluie cesse elle sort et savoure longuement de longs moments de solitude. Sur le quai de Lausanne tout lui paraît clair et semble suivre son chemin. Et c’est d’un pas neuf qu’elle rentre dans son atelier où s’entassent photos et dessins. Dans chacun d’eux une narration lave des peines et des amertumes. La pensée s’y fait discrète, à peine palpable. Mais c’est pourquoi de telles œuvres charment. Petit à petit un univers se dévoile. L’émotion suit son cours : le présent la réclame. Le poème plastique s’écrit de presque rien. Du vide vidé de son vide. Chaque image invente un grand livre du regard. La brume sur le Léman ne limite jamais l’infini au carreau de la fenêtre chez la créatrice.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:50 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Très beau texte : de la poésie en prose.

Écrit par : Ambre | 05/02/2015

Les commentaires sont fermés.