gruyeresuisse

01/02/2015

Marianne Mueller : où finit le désert

 

 

Mueller.jpgMarianne Mueller, Stairs, etc., livre d’artiste, Editions Patrick Frey, Zurich, 2015, 480 pages, 58 E..

 



 

La Zurichoise Marianne Mueller a toujours eu la mélancolie en horreur car sous son poids toute forme se retire comme un escargot dans sa coquille. Son art n’est donc gastéropode : il est antipodiste.  Il fait plutôt ami-ami avec ce qui s’éloigne d’un réalisme stagnant et nostalgique. S'immisçant dans les éléments du réel l’artiste par ses photographies enjoint de mépriser la matière ou plutôt de la détourner. Par son sens des couleurs, des structures comme ses interventions intempestives elle l’atomise.  Dès lors l'impalpable est rendu visible.  Il  évoque moins une ascèse, un oubli qu’une survie et une survivance en une école buissonnière dégagée de couleurs crépusculaires. Au gris de l'évanouissement la créatrice préfère les grigris du plaisir plastique. Ils font prendre le réel pour un songe.

 

 

 

Mueller 2.jpgDès lors et puisque depuis des lustres Marianne Mueller  a accumulé l’archive impressionnante de ses photographies prises partout (chez elle comme dans le monde), avec « Stairs etc, » les clichés sont organisés en doubles pages par catégories (chaises, tables, lampes, fontaines, baignoires,…). Se crée une feinte encyclopédique d'objets ordinaires « shootés » avec une apparente nonchalance. De fait elle traduit une attention sur ce qui semble insignifiant. Moins qu’un mode de bric-à-brac non-sensique  surgit une exploration poétique du monde des « choses ». Le hasard objectif  y fait la nique à la réalité factice d’autant que Marianne Mueller garde le feu sacré. Elle le jette sur l’huile du réel afin de créer des châteaux en Espagne. L’œuvre témoigne d'une fraternité mystérieuse, d’une rencontre du type à la fois mythique et « e-darling » avec ce qui nous entoure. La Zurichoise n’épuise jamais le risque de rapports intempestifs le tout dans un  esprit moins surréaliste que ludique. Il y a là plus d’impudence que d’impudeur. D’autant qu’en femme romantique l’artiste rêve d’inondation à l'eau de rose dans les déserts des objets au sable émouvant. Les images ressemblent à des filles dites naturelles comme celles qui furent faites avant la pilule à mère. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.