gruyeresuisse

21/01/2015

Rencontres intempestives et déséquilibres : Gérard Domenig

 

Domenig bon.jpgGérard Domenig, Galerie Mezzanin, Genève. "Artgenève" du 25 janvier au 1er février 2015.

 

 

 

Sans y toucher et avec un humour soufflé Gérard Domenig propose des rapprochements inattendus d’objets simples du quotidien qui rentrent en complicité.  Existe dans cette approche plus de délicatesse que d’insistance afin que le mot « envol » prenne tout son sens. En une radicalité minimaliste, en noir et blanc (ou parfois en couleurs) la photographie propose des renaissances. Elles contiennent forcément des abandons. Mais une « complétude » nouvelle est à l’œuvre avec séduction discrète.

 

 

 

Domenig.pngDans une prise et une perte, les objets utilitaires envahissent parcimonieusement l’espace en étant privé de leur rôle premier. En leur rencontre surgit - par quelques détails - une beauté. Elle n’est plus « normalisée » même lorsque l’objet (une boîte de crème Nivea par exemple) est là pour la protéger.  Duchamp n’est pas loin. Domenig poursuit ses dérivations et glissements poétique. Tout dans l’œuvre lutte contre l'enfermement, remonte du coma des apparences et de l'obscur. S'il y a seuil il n’est que de rupture au sein d’une coïncidence toujours défaite.  D'où cette superposition d'une continuité et d'une similitude mais aussi un ordre de la dispersion où celle-ci est contredite par la "loi" d'assimilation. Le noir fait l’étendue neigeuse, à la frontière de deux lignes mélodiques dans la perfection des cercles et des verticales.

 

 

 

Jean-Pau Gavard-Perret

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.