gruyeresuisse

21/01/2015

Laurent Faulon : l’objet et son double

 

 Faulon 1.png

 

Laurent Faulon, « Les corps fatals », TM Project, Genève, 31 janvier – 28 février 2015. « Life, life, life », Textes de Pascal Beausse et Pierre Tiller, Presses du réel, 96 pages, 20.00 €

 

 

 

Laurent Faulon s’est fait connaître par ses performances critiques où le corps est soumis  à des systèmes de pouvoir dans lesquels chaque individu est asservi par son « utilité » à son obéissance. Mais passant de l’action à l’installation, la critique  du consumériste est aussi présente  par des objets à la fois dévitalisé, détournés, réduits à des ruines qui ne sont néanmoins jamais exhibées en leur état premier. Toute une transfiguration a lieu. Néanmoins l’ « objet-art » perd sa valeur à fort potentiel narcissique, muséal ou financier.

 

 

 

Faulon 2.jpgDe plus, chaque prestation ou présentation se refuse à être comprise comme un produit fini. D’autant que Faulon en appelle à divers acteurs et intervenants : autres artistes ou habitants des lieux d’intervention. Certains projets sont d’ailleurs initiés dans des logements sociaux, des chantiers de construction, etc. et dans des pays sinon exotiques du moins éloignés de la base du plasticien (Genève). Chaque lieu est considéré comme un territoire d’« occupations »  où l'art se lit comme question et non réponse au cadre choisi à dessein. Un tel travail d'interventions, souvent éphémères et contextualisées objets et cadres créent un labyrinthe où le regard en se perdant retrouve un relief caché. Ce qui se découvre derrière l’apparent bric-à-brac de mises en scène et de jeux d’images propose une frénésie particulière où - liesse mise à part – l’ordonnancement pimente ou plutôt détruit bien des légendes idéologiques.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.