gruyeresuisse

20/01/2015

L’art tactile de Katia Schenker

 

 

 

katja schenker 2.jpgKatia Schenker, Zementgarten, Espace d'art contemporain (les halles) Porrentruy, du 16 février au 3 avril 2015. en bas , mars 2015, chez Marie Christine Gailloud-Matthieu, rue du Valentin 61, 1004 Lausanne

 

Dans ses performances, Katja Schenker emploie fréquemment des matériaux floconneux et doux. Ils peuvent suggérer le féminin de l’être même si son actionnisme créateur garde une puissance « masculine ». Dans ses performances, le rythme de l'action reste néanmoins liturgique, lent, soutenu et les travaux sont méticuleux. L’artiste trie, déchire, tisse, enroule des textiles ou des éléments colorés. Ils rappellent  les d'archétypes féminins mais sous divers types de tensions. Epousant les contraintes des lieux choisis la créatrice devient une médium qui déconstruit, reconstruit, incorpore. Le travail est à la fois conçu comme  instinctif mais aussi murement réfléchi. Ce qui pourrait être compris comme primitif ou  « archaïque »  reste très élaboré ; « anticipé ».

 

Katja Schenker.jpgKatia Schenker a par ailleurs compris combien est capitale la kinesthésie dans la construction des sensorialités des matières qu’elle choisit.  « L’inconsistance » dans son flux incessant établit un contact immédiat avec les formes majeures et leurs floculations. Et à une époque où les distances symboliques se sont raccourcies et  où il arrive dans le même temps, grâce au courrier électronique,  de se retrouver en relation virtuelle avec plusieurs continents en quelques manipulations de « souris », les retrouvailles concrètes que propose l’artiste prenne toute leur force et leur sens. L’œuvre acquiert une plus-value en s’adressant aux sens qui s’en trouvent interpelés, redéfinis et renforcés.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.