gruyeresuisse

16/01/2015

Delirium Vadi

 

 

 

 Vadi bon.jpgPierre Vadi, "Plus d'une langue", Centre Culturel Suisse, Paris, du 16 janvier au 29 mars 2015.

 

Les œuvres d’art sont souvent considérées comme de vieilles dames outrageusement maquillées, au sourire un peu trop victorieux, figé et vaniteux. Rien de tout cela chez Pierre Vadi dont l’œil oblique et les croyances troublées font bouger bien des lignes. Beaucoup parlent à propos de ses travaux de  « principes de  précipité  et de passage ». Le Genevois  propose diverses élucubrations plastiques, chimiques et matérielles en un mixage d’objets et d’images mentales. Utilisant souvent le moulage, ses sculptures créent les figures en négatif ou inversées du monde. Les emballages en carton deviennent des contenus.  Son « Portique du Gouvernement du Monde depuis la Montagne Noire » reste un porche des plus incertains. Les œuvres multiplient les doutes et les ouvertures (possibles mais jamais certaines) de sens. Les vis et écrous de « Stoned Text » renvoient à la fabrication mécanique du livre où le texte  devient pierre et où la pierre elle-même étant homonyme  du prénom de l’artiste incarne un jeu de mot.

 

 

 

Vadi Bon 2.jpgL’effet de l’œuvre est autant de spatialiser le temps que de temporaliser l’espace et de décorseter la notion même de langage et de signe.  Sorte de marchand d’os l’artiste par interventions attentives désoriente bon nombre d’idées reçues sur l’art, sa technique, ses expositions. Il ne pare jamais le réel de plumes ou de bandages herniaires. Pour lui la beauté n’a pas de forme même si les formes la font naître. Il arrache ses œuvres au règne du spectacle et de la culture séduction même si au besoin il peut jouer avec. Inactualisant l’actuel (à l’inverse de ce que bien des artistes proposent) il porte attention aux objets de perte devenus grâce à lui ceux de la contemplation. Il s’agit  de mettre le feu au regard, de discréditer tout didactisme avec cet instrument d’imprécision, de torture et de musique qu’est l’art. Par la magie-Vadi des nettoyeurs matinaux époussètent au milieu des nuages les déshabillés compliqués des structures qui droguent à la baguette des valses de Vienne. Surgit un nouveau réalisme mâtiné de constructivisme.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.