gruyeresuisse

12/01/2015

Bertold Stallmach : exposition-méthode

 

stallmach 3.jpgBertold Stallmach, « CARAVAN 1/2015 », Aargauer Kunsthaus, Aarau, février-avril 2015

Bertold Stallmach est un jeune créateur multimédia et multimatière capable d’inventer des constructions et des territoires impressionnants en réformes et reformations permanentes. Le réel se manifeste et  force l’attention visuelle en se chargeant de fragments inconscients de mémoire.  Par un geste d’étalement d’objets en mouvement (ou non) dans l’espace et au moyen de sculptures hybrides se créent divers types d’histoires. Elles sont tout autant des actions dans le visible. Le corps du regardeur est impliqué, engagé dans un monde de fissures. On dirait même que le vide en possède.

stallmach.jpgDans une telle approche l’ombre n’est plus créé par les éléments eux-mêmes mais les interrogations qu’ils suscitent entre abandon et tension, vol, chute, reprise. De facture « mécaniste » le travail de Stallmach est à la recherche d'une prise globale sur le lieu qu’il investit. Un corpus de définitions/méthodes décrit les modalités de réalisation des œuvres et de leurs mises en place. Cette stratégie fait que d'une série à l'autre l'œuvre semble parfois méconnaissable tout en étant parfaitement identifiable. Programmation et pratique y restent insécables. Il existe à la fois une forme d’interchangeable généralisé mais aussi une spécificité inhérente à chaque lieu. L’artiste en allant comme d’autres jeunes créateurs vers des « exposition/méthodes » en modifie la règle.

Stalmach.jpgChez lui  et contrairement à d’autres - Rutault par exemple - elle est toujours différente.   Dans des combinaisons variées l’artiste zurichois explore les enjeux de la diffusion d'un travail dont chaque partie s'attache à définir sa logique d’exposition. Ce déploiement d'activités s'oppose autant à l'idée d'autonomie de l'œuvre qu'aux attitudes contemplatives de celui qu’on nomme  parfois un "collectionneur légume".

 

Jean-Paul Gavard-Perret

15:31 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.