gruyeresuisse

08/01/2015

Pyronautes à Saint-Gall

 

 

ISchumacher.jpgwan Schumacher, Tout feu tout flamme,  Production/Distribution Schumacher & Frey, Zürich

 

Iwan Schumacher  à coté de son travail de critique et d’enseignant sur le monde de la photographie est  chef opérateur, scénariste et réalisateur.  D’abord membre de Nemo Film AG. Il crée en 2000 la société Schumacher & Frey GmbH. Il produit entre autre pour la SF DRS, l’émission hebdomadaire  « C’est la vie » et une série de films sur l’art dont  « Urs Fischer » (2010) « Markus Raetz » (2007). Avec  « Tout Feu, Tout Flamme »  il aborde la fonderie d’art de Saint-Gall. Le réalisateur montre le lien que des artistes tels que Urs Fischer, Katharina Fritsch, Fischli/Weiss, Paul McCarthy ou Hans Josephsohn cultivent une admiration sans borne à Felix Lehner, fondateur charismatique de l’entreprise. C’est d’ailleurs fasciné par le travail de  Josephsohn que le futur maître des forges - après son apprentissage de libraire -  décide de devenir fondeur. En 1983, il ouvre sa fonderie d’art à Beinwil am See puis, en 1994, déménage à Saint-Gall. Il est aujourd’hui à la tête d’une entreprise de plus de quarante personnes et possède une succursale à Shanghai. La notoriété est donc internationale et les plus grands artistes trouvent là des techniciens capables de fondre divers métaux.

 

Schumacher 2.jpgLa vue du métal en fusion est toujours aussi étonnante et le film le prouve. Les « pyronautes » de Saint-Gall créent des agrégations commentées ici par la force du discours et des images. La spécificité des deux sites est révélée et devient une opportunité de révéler des occurrences différentes du dispositif de fusion  où se manifestent les écarts de confrontation et de perception. Du noyau générateur d’énergie et de lumière (le feu), aux nœuds et entrelacs de la matière une entropie a lieu  dans une alchimie tellurique. Dégradations, délitements, attaques – bref tous les stigmates de l’usure et du vieillissement – prennent un autre sens par la magie de la métamorphose du feu et sa maîtrise. Une nouvelle fois - outil de pensée et outil de travail - l’ignition nécessaire au travail de fonderie exhibe, dévoile les états successifs et fulgurants. La perspective offerte devient ici un ensemble proche à la fois de l’éphémère et de la puissance venant lécher d’étincelles les murs de lieux soudain réanimés.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.