gruyeresuisse

03/01/2015

Les marcheuses ailées de Dan Scher

 

Dan Scher.jpgNon sans légèreté et fraîcheur Dan Scher propose ses marcheuses au long cours. Elles semblent maintenir leur direction vers le futur même lorsque la terre s’efface et que les songes perdent leur point d’appui. L’hiver du cœur et l’inertie n’ont pas de prises sur elles. Pas de lassitude océane :  leur rythme est une réponse à tout ce qui dans la vie peut paraître lourd et froid. Les amarres sont larguées, toute adhérence au sol est limitée.  De telles égéries décadrées vont par effet de « bas »  et de jambes vers  plus de détachement. On ne sait où mènent ses jambes : jouissance ou abstinence ? Confusion ou distance ?

Dan Scher 2.jpgCe qui compte  demeure plus simple et compliqué :  ici « les jambes sont faites pour marcher » (comme dit la chanson d’Hazelwood  chantée par Nancy Sinatra) mais le Lausannois d'origine américaine rappelle  que trop d’artistes oublient de miser sur l’action. A l’inverse Scher la provoque, l’illustre, l’anime donnant à la fixité de l’image la preuve irréfutable qu’elle porte en elle une énergie imitative et entraînante. L’identité n’est plus importante : la présence n’est pas celle de l’individu mais le mouvement qui déplace les lignes et provoque une adhésion au monde des rythmes et des couleurs par des chorégraphies aux fantaisies ironiquement militantes et militaires.


Jean-Paul Gavard-Perret


12:48 Publié dans Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.