gruyeresuisse

28/12/2014

Albin Christen : soies fines pour épaules de zibeline

 

 

 

ChristenAlbin1-540x761.jpgAvant que les oiseaux deviennent imperceptibles les images d’Albin Christen les gobe en formes colorées et poétiques. Si bien que chaque  image devient un discours particulier. Il en dit long en mettant sa clé sous le paillasson du réel. Les canards rient jaune là où l’humour précise la fin des choses. Ou leur commencement. L’infini en résulte sous couvert de fausse négligence si bien que le sable lui-même est émouvant. L’artiste propose  pour de jeunes amantes de très élégants pèse-baisers. Mais il ne convient pas de prendre la lune pour l’autre lorsque la nuit devient claire dès que le créateur lève la croupe des mésanges  plutôt que de leur clouer le bec. Il existe donc toujours un petit endroit où satisfaire les désirs là où certains chevaux se font coiffer (en permanente indéfrisable) sur le poteau. Albin Christen se fait ainsi officier de narine quand la moutarde monte au nez. Dans une telle œuvre graphique aussi simple que jouissive les mots ne seraient que des mutilés sans queue ni tête. En une pluie de plumes et de duvets multicolores le Lausannois préfère que l’oiseau vienne se heurter au mur du son. Selon lui comme pour son créateur il est peut-être plus facile de descendre au fond des choses que d’en remonter.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

07:30 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.