gruyeresuisse

21/12/2014

Anitipodes de Jacques Bélat

 

 

 

 

Bélat.pngJacques Bélat habite à Porrentruy en Suisse. Photographe indépendant et réservé il  développe de manière originale  le traitement de la proximité autant dans ses paysages que ses portraits. Natif du même village que l’écrivain Bernard Comment il a créé - pour son livre « Entre deux. Une enfance en Ajoie » -  bien plus qu’une illustration iconographique. A elles seules les photographies de Bélat constituent un corpus rare.  Il est coutumier  du fait. Il le prouve avec "Arbres singuliers" comme Avec  « L'Herbier du Docteur Butignot ». Les 40 fleurs séchées mises en à plat par le botaniste du siècle dernier prennent une nouvelle dimension. Du végétal pieusement conservé surgit une mise en valeur étrange et une sorte de supplément de vie. Ce que le temps sépare dans l’un et l’autre cas la photographie le réunit au sein de ce qui devient une enquête paradoxalement filée de l’humain à travers traces ou paysages.

 

 

 

Bélat 2.pngCertes la photographie ne cicatrise pas l’usure du temps. Toutefois elle cristallise une continuité de ce qui tient à la défaillance du temps. Faute d'être proche du passé au sens d'une mitoyenneté, on  en redevient néanmoins, par une telle œuvre, proche au sens d'une « rassemblance » et d’une ascendance. Bélat rapproche des éléments épars disjoints.  Dans « Entre deux. Une enfance en Ajoie » la symétrie des espaces en répons  crée entre le noir et le blanc une série de fractures-sutures. Elles  permettent de retrouver une compacité d'ensemble face à l’altérité irrévocable du temps. De photos en photos deux constantes physiques s'assemblent : celle de l'irrégularité, celle de l'analogie. Ou si l’on préfère l'épars et l'homogène, le flux persistant et la dispersion insistante. Le texte fond dans l’image. A ce point limite il faut parler - grâce aux photos de l’artiste - d'un  emboîtement  en une mise en suspens .

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:27 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.