gruyeresuisse

15/12/2014

Franz Erhard Walther : bandes et sarabandes

 

 

 

Walther 3.jpgL’œuvre de Franz Erhard Walther se déploie entre sculpture minimaliste, art conceptuel, peinture abstraite et performance. L’artiste multiplient manières et matières en impliquant le corps dans de multiples variations et comme « réservoir de possibles ». La réflexion du créateur s’articule sur la question de  ce qu’une oeuvre d’art peut faire comme de ce que l’on  peut en faire - au-delà de son apparence et de sa nature. Dans ce but le plasticien multiple les tensions. Le tissu par exemple est une matière malléable et « architecturante »  qu’il façonne par pliage, dépliage, habillage des formes. Selon Walther  le textile  facilite l’appropriation physique de la sculpture et offre un « retour au point de départ, où rien n’a de forme et où tout recommence à se former ». Walther 2.jpg

 

Le tissu représente donc un processus d’apparition, d’émantation, d’ordre et de possible chaos. Le créateur à la fois  y rassemble le monde et le défait en un principe de discontinuité plus heureux que douloureux où tout reste ouvert et possible.  L’image engendre une sorte ivresse : elle emplit l'espace par une poétique particulière et en mouvement. L’assaut de l’être ne cesse de rebondir par lambeaux et pans physiques. En de telles « scénographies » les corps deviennent des acteurs dans un « actionnisme » qui n’a plus rien de délétère ou mortifère. La vie bouge par bandes et sarabandes et selon divers flux.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret


L'œuvre de Franz Erhard Walther visible jusqu'au 15 janvier 2015 au Mamco.

 

06:03 Publié dans Genève, Images | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

J'ai vu une exposition de cet artiste au MAMCO. C'était intéressant, j'y fais allusion ici: http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2010/04/05/3c546692ed496373aebc81e524fbb9d5.html

Écrit par : Rémi Mogenet | 16/12/2014

Les commentaires sont fermés.