gruyeresuisse

04/11/2014

Christine Fausten et les espaces incertains

 

 

 

Fausten 2.jpg

 

L’œuvre de Christine Fausten s’éloigne des explications qui pourraient entraver  l’étonnement et la sidération. L’artiste rapproche de l’énigme par effet de trouées, coulures, fixations, déplacements, traversées. Elle sait confusément qu’être stupéfait par une œuvre d’art rend plus proche de la saisie de ce qu’on croyait jusque là incompréhensible.  Intelligente au plus au point la plasticienne garde une puissance poétique majeure. Face à la rectitude d’un simple effet de surface  elle crée images dont les substrats deviennent des constructions mentales de formes et de couleurs propres à suggérer l’émerveillement et parfois l’ironie. Il n'existe plus de lignes bien définie et rectiligne. A la place : des changements de profils, de perspective. Ce qu’on pourrait prendre pour un recul reste une avancée.  Les espaces incertains de l’artiste semblent des mirages. Pourtant s’y profile une sorte de « vérité » du réel.  

 

 

 

Fausten.jpgL’insolite que propose Christine Fausten reste ce qui devrait nous paraître normal. Et à ce titre elle ramène à un temps d’enfance : celui où il convient de retrouver le sens des formes ou plutôt les formes elles-mêmes au delà de la graisse qui les a recouvertes et des règles qui les ont figées. Quoique souvent « abstraite » l’œuvre est avant tout une entreprise d’intégration au réel mais réinstallé dans l’espace que la créatrice hante de manière ludique et puissante. Ses œuvres  rongent les angles, font se questionner les verticales. Le peu occupe une place immense : il offre parfois le tout. Preuve que Christine Fausten possède ce que Char nomme « le regard de terre qui met au monde les buissons enflammés ». Rarement l’art atteint une telle puissance visuelle. La créatrice reste une des artistes suisses majeures et à surveiller de près pour sa liberté reconquise sur l’imposé.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

Les commentaires sont fermés.