gruyeresuisse

03/11/2014

Mali Genest : tout ce qui bouge

 

 

 

 genest.jpg« de l'inachevé », Double v - hors série, Visarte.vaud,art&fiction Lausanne, 2013

 

 

 

Mali Genest sait jouer dans des œuvres totalement abouties de l’alliance du sérieux, de l’intime,  de la distance critique et de l’imaginaire individuel et collectif. L’artiste construit des pointillés, des seuils sur la diversité. Les jeux de plans créent parfois une étrangeté et un écart par rapport à l’immersion totale de regard en une « simple » image dont le fond-socle est parfois obstrué par des forme de « pointillés » capable d’introduire des zones liminaires propre à troubler la notion même de territoire pictural. D’une telle  recherche - nourrie autant du formalisme abstrait zurichois que d’une peinture plus « italienne » - surgit « l’inséparable indistinct » dont parlait Deleuze. Aux lignes de forces font place des harmoniques  des effets de halos cultivés néanmoins selon des formes primitives fortes. Sans être « élastique » la peinture de Mali Genest se refuse à une reconstitution univoque et mono culturelle. Par la perception des écarts se crée une nouvelle unité dont la plénitude reste ouverte là où les formes se fixent dans des suites de décalages. L’ouverture tente ainsi de saisir l’inexprimable en  des suites de surprises.  Aux marges du monde comme au cœur même de la peinture le visible semble se dissoudre dans les apparences qu’elle dilue. Existe alors une étrange incandescence du sensible et de l'élégance.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

08:44 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.