gruyeresuisse

04/10/2014

Raquel Dias : portrait de l’artiste en diablesse

 

 

 

Diaz.jpgRaquel Dias, « Intercontinental lover », « En suspens, horizontal », Galerie Circuit, Lausanne, 2014.

 

 

 

Raquel Dias - depuis son diplôme de l’ECAL il y a 20 ans - poursuit un travail de parfaite iconoclaste dans ses performances, interventions, photographies et assemblages (verre et ragondin par exemple !). Dès 2005 avec ses «Bricoporn »  (découpages d’images pornographiques) le thème central se trouvait décalé. Au regardeur, s’il le souhaitait, de reconstruire les images initiales même si l’objectif da le créatrice était tout autre. Le corps se transforme en paysages « décontextualisés » ou en natures mortes. L’artiste ne cesse de renverser les images où le voyeur est désorienté. Surgit  un travail sur la relation à l’autre et au monde selon divers types de modifications et de transfigurations. L’œil du regardeur bute sur ce que proposent les images comme si le point de vue n'était plus situable. Tout  est pourtant scrupuleusement mis en scène, composé au plein sens du mot, du choix de la couleur, aux formes, aux angles de saisie comme aux matières.

 

Diaz 2.jpgL’œuvre semble souvent fluide et légère. Mais c’est une manière de tromper ou plutôt de décevoir le voyeur et de rappeler loin de toute visée humaniste que l’être n’est en soi en rien vénérable. Il reste un monstre hybride de corps et d’esprit ; de chair, de pulsion et de raison ; toujours entre deux sièges, toujours finalement au service du pire. Entre autres de la jouissance des instincts. Si bien que de fait la meilleure expression pour qualifier ici l’image est celle de diablesse. Mais une diablesse « clean», belle, drôle parfois et donc des plus perfides. Néanmoins il existe un réel plaisir dans la saisie du réel dans ses frontières. Emane aussi de l’œuvre une manière subtile  de rappeler que nous sommes incapables d’absolu ; nous sommes toujours rattrapé par la bête : ragondin ou autres. C’est pourquoi plutôt que d’inventer des anges Raquel Diaz caresse une douce « obscénité ». Elle permet de rejeter  la superficialité, d’oser l’intimité sans ostentation mais sans fausse pudeur.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:15 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Toujours aussi efficace J-P. Belle rencontre.

Écrit par : philippe G. Brahy | 04/10/2014

Les commentaires sont fermés.