gruyeresuisse

01/10/2014

Comme un cheval fou qui trotte

 

 

 

pkatyeau.jpgCollectif, « Mille râteaux », 12 cartes postales, Re:Pacific, art&fiction, Lausanne, 2014, CHF 12 / €

 

 

 

Sous un titre deleuzien le collectif d’art&fiction propose son autocritique en mettant en scène ses erratums et addendums ou si l’on préfère ses coquilles et oublis. Tous ceux qui se mêlent d’un travail d'édition se  « prennent ». en effet de tels "râteaux".  En cet apostolat de tels accidents sont inévitables. Lu, relu  et peigné jusqu’à l’indéfrisable du moment décisif de l’imprimatur rien n’y fait. Une fois le livre fabriqué force est de constater qu’il reste toujours des bavures. Il convient dès lors de se fendre de petites cartes d’ordonnance et d’excuse jointes au livre et sur lesquelles sont indiquées l’erreur et sa correction.

 

 

 

Playeau.jpgPlutôt que de pleurer sur leur sort d’éditeur le collectif en a édité 12. Ces ilots d’erratum complètent la collection Re:Pacific. Ils sont conçus comme autant de « billet d’amour adressé au lecteur ». S’il a suffisamment d’intelligence (ou de condescendance lorsqu'il devient par trop péteux) il sera ravi de telles traces de logogus. Déjouée par l’orthographe, tordue par l’avalanche des mots,  l’erreur reste toujours possible. Mais elle peut créer des éclats éraillés.  Pour autant les fauteurs de trouble de la maison de Lausanne ne les montent pas en sautoir. A l’inverse ils ne se considèrent pas comme Grégoire Samsa qui se voyait vermine. Ils se contentent de rappeler qu’éditer reste une perfection inatteignable. Inspiré par la justesse et la précision ce travail ne peut empêcher que l’écriture garde son mot à dire. Son pur logos peut toujours devenir «  logogrammatique ». Christian Dotremont ne viendrait pas s’inscrire en faux face au mea-culpa des Lausannois. Que Dieu les pardonne. Pour le commun des lecteurs de la superbe collection Re:Pacific c’est déjà chose faite. En plus belle fille du monde elle donne tout ce qu’elle a.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.