gruyeresuisse

22/08/2014

Lorsque Fanny Gagliardini met le voile

 


 

gagliardini 2.jpgDégageant l’illusion de  représentation figurale ou abstractive, Fanny Gagliardi ni crée uneneutralité constituée de plages recouvertes d’un écran de fine toile de lin. Ces plages sont celle du châssis peint sur lequel l'artiste place parfois un miroir. Dans un jeu de peinture, réfraction et lumière  l’œuvre devient un objet mystérieux. Entre effacement et apparition l’image touche une forme de cérémonial comme dans l’œuvre intitulée "Hommage à Jacques Chessex" dont la surface voilée de noir émane le châssis en forme de croix. L’œuvre la plus simple et sobre devient sacrée voire sacrificielle ou cérémonielle. L’artiste  sort le voyeur du théâtre des leurres afin de faire surgir une intimité étrange en une  paradoxale matérialisation ou « corporéisation ». L’image-peau devient carnassière sans pour autant porter à une adoration ou à un charme irréfléchi. L’œuvre  ne témoigne pas seulement d’un plaisir de montrer mais de toucher à l’impalpable devenu effet de matière.

 

 

 

gagliardini.jpgManiant la douceur comme l’énergie capable d’agir sur le regardeur la Genevoise modèle la volupté d’une masse improprement inconcevable avant les expériences de Support-Surface. La créatrice les pousse plus loin au cœur d’une émotion  paradoxale en un rituel quasi religieux à certains égards (et non seulement par effet de croix). Devant  une telle “ fiction ” de l’art l’illusion n’est plus possible. Les sacs de “ peau  ” montrent leur pâleur intérieure. Le voyeur assiste à la réalisation physique de figures de langage. Si l’artiste ramène à lui, celui-ci  ramène à l’être en une procédure de contamination et d'ironisation de l’image redevenue  figure de style plus que métaphore. Fanny Gagliardi ni creuse donc le doute dans l’ambiguïté construite afin de décapiter les évidences. A qui poserait la question : Qu’est-ce que le “ sujet ” dans l’œuvre ? il sera répondu que le sujet est avant tout la peinture elle-même : voilée mais dévorante en  déliant les purs effets de réel comme de la spiritualité voire de la sensualité.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.