gruyeresuisse

19/08/2014

Les faux sophismes de Jacqueline Benz

 

 

 

 Benz 3.jpgEn  1999  Jacqueline Benz créa un objet aussi unique que réduit à sa simple expression artistique : Elle peignit une table qu’elle décapa ensuite  « comme un acte de peinture qui s’est choisi un objet, puis y renonce et s’en retire ». La peinture arrachée de la table, ses restes rassemblés en parfait carré au centre du plateau proposent un tableau à l’horizontal... Néanmoins en dépit de cet aspect ludique l’artiste restait éloignée des coups à la Duchamp : son œuvre était le parfait envers du ready-made. Toutefois l’œuvre ne reçut pas l’accueil qu’elle méritait – sans doute victime de l’ostracisme qui touchait en francophonie l’art helvétique. Depuis l’artiste lausannoise n’a cessé de multiplier les entrées d’un abécédaire compressé et imprécis du savoir-vivre à l'usage des jeunes artistes comme des plus âgés.

 

Benz 2.jpgParfaite irrégulière de l'art elle le reprend de manière drôle et hybride tout en proposant une critique esthétique ou politique. Par exemple avec « le sourire de Moubarak » qu’elle colla dans les rues du Caire lors de la Révolution égyptienne. L’image rendait plus creux celui qui jusque là était pris au sérieux. Mais moins politique parfois l’œuvre révèle l’insondable même si Jacqueline Benz se veut plus artiste du réel que de l’indicible. Avec humour mais avec autant de finesse et d’élégance elle met en exergue ce qui se passe derrière les surfaces et les apparences. Adepte du culte des mots elle les sort de leur « caveaubulaire ». Elle tente de vaincre le pire en  rappelant que la vie n'est pas qu'un leurre et la mort qu’un Shakespeare. L’œuvre reste donc le lieu où les mutations poétiques grésillent avec gourmandise. Elle représente aussi un ouvrage aléatoire et potentiel fait d’apories subtiles. Leurs divagations farcesques sont toujours plus sérieuses qu'il n'y paraît.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.