gruyeresuisse

17/08/2014

Le miroir sans buée de Claudine Gaetzi

 

 

 

 Gaetzi.jpgClaudine Gaetzi, Rien qui se dise, Prix de poésie C. F. Ramuz 2013, Editions Empreintes, Chavannes-près-Renens,29 CHF, 17,40 €, 70 pages, 2014

 

 

 

« Rien qui se dise » ramène  au désert des mots, à leur si long présent et leur si insistant et paradoxal avenir.  Quoi de mieux en effet que l’écriture pour dire ce que les mots semble ne pas pouvoir faire  ?  Dès lors et en dépit de son titre le livre instaure l’acte de naissance où se rêvent les choses par le chant qui en révèle les distances dans la profondeur du temps. Celui-ci n’est plus l’absolu passé de la mélancolie dont souvent la poésie se contente. Claudine Gaetzi sublime l’impossibilité du mot en désertant son désert et en le faisant  exister dans des canyons d'attente. En conséquence même si dans une chanson (dont la Vaudoise doit sans doute renier avec raison l'emphase)  " Avec le temps va tout s'en va ", demeure la puissance d’une voix dans son presque silence. Parfois elle hésite mais se redresse « avec ratures et béances ». Surgit un visage, un geste, la diaphanéité de l’air. Gaetzi 2.pngFace à une poésie abstractive et une écriture du désastre l’auteure retient «  le ciel et sa couleur, les images qui précèdent la pensée » dans la folie d’un voir et d’une comment dire exceptionnels. La créatrice réduit sans cesse la surface des mots jusqu’à leur presque disparition. Le presque est important : c’est là que tout se joue. Encore et encore. Afin que surgisse le visible ou le vide en soi comme dans le monde là où la musique des mots arrive à transformer la nostalgie et la mort en échos et tremblements vitaux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.