gruyeresuisse

11/08/2014

A travers les miroirs ou les vues de l’esprit – Viginie Otth

 

 

 

 Otth.jpgVirginie Otth, « Blind Shadow »Espace De Andrés-Missirlian, Romainmôtier, 6 juillet - 31 août 2014.

 

 

 

L’œuvre de  Virginie Otth mixte la photographie, l’installation et le film selon divers dispositifs techniques, lumineux scéniques au servive de ce qu’elle nomme  « une métaphysique photographique » où le dehors permet d’atteindre l'intime à travers - par  exemple - des projections photographiques cadrées dans des vitrines aveugles de l’espace d’exposition. Dès lors ce dernier se donne à voir depuis l’extérieur. Le dispositif fascinant et médusant  se limite pourtant à d’étranges « natures mortes » composés d’uns sphères et de plaques de verre. Tout fonctionne sur les jeux de variations lumineuses où à travers une tonalité grise giclent parfois des taches lumineuses. Elles éblouissent ou aveuglent partiellement le regardeur selon divers procédés optiques que l’artiste « fédère » subtilement.

 

otth 3.pngContre tout  pourrissement ou dépérissement par effet de réalisme Virginie Otth ne cherche ni à « romanticiser », ni à déliter le réel. Elle le pousse au-delà du paysage pour le mentaliser en faisant jouer les sensations optiques. Est proposé le saut d’un centre supposé - de l’être, du monde -  vers sa périphérie où se distingue combien les deux sont livrés en dépit de leur volonté à des effets de représentation. Ceux que l'oeuvre engendre cultivent gains et pertes  en divers types de passages et  de « réfléchisssements ». Ils sortent de la pseudo-préservation de la réalité. Il ne s’agit plus de mettre le Mont Fuji sur ses éventails. L’artiste  émonde le décoratif, le dilue vers des seuils de spéculations pour  la levée d’autres horizons. La phosphorescence mystérieuse redessine une architecture mouvante nourrie de clarté  et d’ombre et de « vues de l’esprit ».

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

10:04 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.