gruyeresuisse

16/07/2014

La mécanique identitaire selon Nicole Murmann

 

 

 

murmann.jpgDans un premier temps de son approche la Lausannoise Nicole Murmann se consacra à des lectures hybrides (ouvrages de philosophie, d’anthropologie, de sociologie, de théories artistiques et littéraires)  du genre, romans, poésie....)  puis choisissant un médium adéquat au projet artistique retenu grâce à ses lecture, le corps (celui de l’artiste ou de tiers)  devenait partie intégrante de ses œuvres (dessins,  performances). Désormais elle élargit son registre et explore d’autres techniques dont l‘écriture. Construisant divers types de « puzzles » en mêlant identité et langage elle y insère des faits violents tout en proscrivant l’obscénité naturaliste. Ces imbrications hybrides tentent de créer une unité afin de donner à chaque problématique abordée une réponse loin de toute affectivité de bazar.

 

murmann 2.jpgLes thèmes sont engendrés sur des figures humaines assez souvent féminines pour atteindre une fluidité extrême dans un monde imaginé et imaginaire. L'artiste propose  des « lieux » pour perdre l'espace et d'une certaine manière le réfuter, en renverser toutes les coordonnées usuelles. Nicole Murmann fait le forcing afin de remonter à l'origine du trauma existentiel qui signe le sacrifice à l'identité. Surgissent de nouvelles voies afin que le passé renaisse débarrassé de ses miasmes. Dans une ère du soupçon l'artiste propose donc que  la réalité chavire mais elle s'engage tout autant à sa reconstruction. Elle l’opère sur le mode de la transposition dans une discontinuité de rêves, d'apparitions, de visions qui échappent de plus en plus au diktat de l'anthropomorphisme réaliste. 

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

22:35 Publié dans Femmes, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.