gruyeresuisse

03/06/2014

Artistes, bricoleurs, transformateurs : Art Basel 2014

 

 

 

« Art Basel Unlimited - 2014 », editions Hatje Cantze.

 

Basel.jpgAprès avoir battu son record de fréquentation, en attirant 70 000 visiteurs l’année dernière « Art Basel »  offre une fois de plus un plateau exceptionnel et un musée éphémère (et parfois de l éphémère) où tous les genres sont représentées. S’y marque toujours l’attrait pour les installations et les performances en tant - si l’on se veut un peu méchant - d’attrape-gogos car le performer n’est pas toujours le « transformer complexe » souhaité naguère par Lyotard dans « les TRANSformateurs Duchamp » (éd. Galilée). Certes tout n’est pas à jeter dans le genre. D’autant que cette année  est proposé un live-art « 14 Rooms » autour de l’humain, réalisé par 14 artistes de renom. Ils présentent chacun dans une pièce  une œuvre dont la matière est l’humain. Ils explorent sa relation entre l’espace, le temps et la présence physique. En tête de gondole il y a Damien Hirst empereur de l’art contemporain. Quittant ses écorchés bovins en bains de formol ou ses «  vanités » - têtes de mort incrustés de diamants et pré vendues sur commande - l’artiste anglais renoue avec ses travaux de jeunesse au moyen de couples de vrais jumeaux assis à tour de rôle sous deux de ses tableaux parfaitement identiques. L’art chinois (incontournable désormais) sera illustré par Xu Zhen et son corps flotté dans les airs. Quant à Santiago Sierra (nouvel icône international) il permettre d’assister à des relèves de la garde par des vétérans revenant de divers conflits passés.

 

Bon nombre d'expérimentateurs et quelques bricoleurs passés à travers les mailles du filet  proposent des expériences réelles mais parfois superfétatoires sans que la frontière entre les deux domaines soient toujours évidente. Accordons néanmoins à l’Art Basel que dans un tel bric-à-brac le pire est toujours rejeté. Les simples faiseurs laissent la place sinon à de purs thaumaturges du moins à des artistes suffisamment intelligents pour sonder l’air du temps et en extraire des actions ou des images-miroirs ainsi que des « climax ».  On trouve comme chaque année de quoi  - pour les moins avertis - se rincer l’œil, s’énerver ou s’esbaudir et pour les autres découvrir des dispositifs efficients. Ils poussent en surrégime des idées en proposant gestes critiques et détournements capables de mettre à mal certaines aliénations politiques ou sociales. Nous donnerons pour finir un conseil toujours utile dans ce type d’exhibition : ne pas sauver une oeuvre au nom de son idée mais par sa réalisation, sa capacité à provoquer un élargissement de l’expérience perceptive, émotive et esthétique. Il faut défendre  un art donc l’objectif demeure le beauté. Sans quoi il n’est rien. Reste à savoir - d’où l’intérêt   de l’Art-Basel - si dans ses nécessaires transformations  « le beau est toujours bizarre » (Baudelaire) et doit se limiter à cette seule qualité.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.