gruyeresuisse

02/06/2014

Laurent Kropf : faire et défaire

 

 

 

Kropf 2.jpgIl faut parfois se méfier des titres des œuvres de Kropf. Le même intitulé cache des vérités bien différentes à l’exemple du « vieux père » ( nom emprunté à un des surnoms du Mississippi). Dans la première « version »  une hache est plantée dans un billot de bois (les deux recouverts d’une épaisse couche de peinture noire laquée). Elle a sectionné une corde  qui pend au sol avant de remonter dédoublée sur le mur où elle est retenue par deux anneaux de métal. L’installation tient  du départ au-delà des mers comme de l’exécution capitale. Dans la seconde version la sculpture  retourne vers l’anthropomorphisme puisqu’il s’agit d’un humanoïde recouvert d’une pelisse à la couleur acide qui le fait ressembler à un revenant du grand fleuve américain (ou du lac Léman). Tout néanmoins s’inscrit sous une forme de mystère. Il est encore présent mais selon une modalité très différente dans la série monochrome  « Procrastination » constituée de cinq toiles - de couleur rouille  coulante et délavée  - juxtaposées de manière énigmatique.

 

Kropf 1.jpgPreuve que si à l'origine le verbe est chair, l’image devient chez Kropf une concrétude plutôt inquiétante. Parfois elle constitue un ensemble, parfois elle ne subsiste qu’en tant qu’éléments plus ou moins disparates ou associés d’un puzzle dépareillé ou non (« Hélas » ou « Tesson » ). Si de telles œuvres rouvrent un sens elles se gardent d’en donner la clé et en profitent pour nous refermer sur rien comme dans une parodie de siècles de cultures réduites en charpie.

 

Gafsou bon 3.jpgSans mansuétude pour le spectateur mais néanmoins avec une ironie plus ou moins complice Laurent Kropf agite, excite les images jusqu’à les casser en une traversée d'un désert des signes vers un oasis qui scintille sur la toison rasé de frais d’un parquet ou d’un mur. S’y exposent ou y gisent les fêlures de tout ce qui n'a pas pu se dire ou se montrer car trop meulé par le quotidien. En lieu et place du sens usé et de la nappe cendrée des choses émergent le pouvoir du morcellement, la diaphanéité de la ruine, le poids implicite de passé sans que pour autant la moindre nostalgie soit caressée. En extérieur comme en intérieur un tel sentiment se dérobe en glissant par une porte elle-même dérobée. C’est pourquoi en dépit de tous ces « restes » le spectateur ne va pas de deuil en deuil. L'espérance de chaque jour revient même si un fantôme nous tire pare les pieds.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

14:42 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.