gruyeresuisse

23/05/2014

Not Vital : l’image la plus simple n’est pas la plus simple des images

 

 

 

 Not Vital.jpgNot Vital, “Heads” Galerie Thaddaeus Ropac, Paris, 22 mai- 24 juin 2014.

 

 

 

Depuis l’ouverture de son atelier en Chine Not Vital poursuit de manière de plus en plus radicale une de ses thématiques majeures : la représentation de têtes humaines au moyen de sculptures, dessins, peintures. A partir de 2009, prenant pour sujet ses propres assistants chinois, l’artiste a entamé une série de portraits sous forme de sculptures. Elles sont exposées en partie à Paris et représentent à ce jour ce que l’artiste a produit de plus beau - même si ce mot doit être (parait-il) honni de la critique. Leur force esthétique tient de la puissance de formes qui ferait passer Brancusi lui-même pour un baroque !

 

La monochromie des dessins dans leur exécution rapide et leur aspect flou sont métamorphosés dans la sculpture en surfaces lisses, parfaites, brillantes « minimalissimes » et qu’il faut scruter de près tant Not Vital les travaille avec une économie de détails. Les « Têtes » deviennent des modèles d’abstractions quasi pures. Elles imposent leur universalité. Le revêtement enrobe les reliefs convexes et concaves d’une même pellicule brillante créée par une haute technologie mise au point par l’artiste. Chaque pièce  se couvre de reflets en ouvrant un jeu d’éloignement et de proximité (la première domine), de chaleur et de froideur qui saisissent le spectateur. De telles œuvres sont autant des figures primitives que de science-fiction.

 

Vital.jpgNot Vital oblige l’image à revenir à un état premier qui impose une relecture des formes admises. Elle donne structure à une avant-forme ou si l’on préfère une forme affranchie dont le spectateur doit «dévisager » les contenus. Dans ce qui peut sembler  gouffre d’ombre, l’éclosion de miracles, l’ascension de merveilles ont lieu et affichent l’absolu de leur évidence.

 Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.