gruyeresuisse

19/05/2014

Angèle Laissue : retours et progrès.

 

 

 

Laissue.jpgNée à Courgenay et diplômée  de la HEAD de Genève  Angèle Laissue a obtenu plusieurs distinctions. Elle a été exposée en solo par Virginie Otth à Lausanne et collectivement dans plusieurs villes de Suisse et en Allemagne. Assistante au MAMCO elle y travaille pour diverses expositions. Elle a déjà réalisé plusieurs séries à New-York (dès 2010), Paris et en Suisse.  Son œuvre photographique s'inspire de problématiques anthropologiques comme d’une réflexion sur l'appropriation par les surréalistes d'objets ethnographiques. Elle développe une série de recherches documentaires dans le champ de la culture visuelle en explorant l'interaction entre des formes relevant  d’une production de masse inclusive et aliénante et ce qui entre en dissidence face à de tels produits standardisés dominants. Elle collecte des images  (photographies produites par elle-même et images trouvées) par exemple sur les usages du portrait photographique funéraire, sur l'ésotérisme populaire à partir des ex-votos d’un lieu de la Seine, d'un parc d'attraction à Interlaken, sur les images "qui font rire" sélectionnées par les acteurs d'un forum de musique électronique ou encore sur les lieux touristiques et de loisirs culturels mettant en scène des dispositifs particuliers d'exposition.

Laissue 2.jpg


Ses « installations »  ouvrent à une didactique où les questions les plus compliquées sont présentées de manière ludique.  L’artiste ne cesse  de se demander comment le cycle de l'aliénation est lié au le cycle artistique. La représentation populaire est montrée comme un principe dynastique et territorial qui est aussi principe idéologique. La plasticienne le met à nu tout en montrant qu’une « vérité »  sort à travers de telles représentations symboliques de la vie humaine qui deviennent des liturgies.

L'art populaire  occupe une place centrale dans le débat  sur l'aliénation de la société. Ce débat est lié à l’évolution des mentalités, des techniques mais  aussi à la conception du corps et à sa capacité d’évoquer le plus par le moins, le réel par la virtualité. Le travail d’Angèle Laissue prouve que l’homme est un animal symbolique, il vit le présent en fonction d’un ailleurs, donc il peut représenter des choses absentes par le masque, l’invocation des esprits, le dialogue avec les gens qui ne sont plus là, l’apparition des ombres et des lumières liées à la condition humaine et à la fête. 


Mais entre la forme artistique qui en joue et l'aliénation qui la vit le pas est immense. L’artiste tranche ce dilemne et défend les valeurs d'un art en prise avec la société, qui fait avancer les idées et lutte contre l'endogamie. Son travail est celui d'une « nouvelle critique ». Il ne se contente pas de juger l'« objet », mais appréhende le geste de l'art en prenant en compte la relation à l'histoire, aux populations et aux lieux. Zngèle Laissue garde pour objectif de  mettre les pratiques artistiques en contact avec les questions  posées par la société.  Son œuvre devient une agora où se développe une fantastique diversité culturelle. Angèle Laissue offre donc aux spectateurs une connaissance qui leur permet de prendre leurs distances par rapport aux apparences et aux produits culturels « manufacturés ».

 Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.