gruyeresuisse

16/05/2014

Serge Cantero et la beauté des laideurs

 

 

 

Cantero 1.pngDe Lausanne Serge Cantero soigne les enflures et les enflées par le mal et accentue les bouches en cul de poule. La lippe même ornée de Rouge Chanel n’y pourra rien sinon souligner les grimaces de visages qui poussent plus au baise main qu’à l’agglomérat des lèvres. C’est dire combien de tels dessins et peintures ignorent le cosmétique  et les salamalecs. L’artiste cultive l’incontinence peu complimenteuse et ne cherche pas à se faire passer pour un paradisier bon apôtre. Avec lui les mouettes du Léman sont moins des oiseaux de paix que des lâcheuses de généreux guanos. Un tel pinson peut en pincer pour les femmes mais pas question pour lui d’en célébrer les grâces. Ses ferveurs ne vont pas jusque là. Mais les mâles ne sont pas mieux servis. Ils ressemblent dans leur graisse moins à des Cole Porter que des colporteurs de bavettes, des contrefacteurs de trémolos.

 

Cantero 2.pngGrâce à lui la faune humaine fait son cinéma non  à Hollywood mais dans un univers sale. Preuve que l’hurluberlu est peu sensible aux affres épiques et mondaines. Il n’est pas de ceux qui vont au Moevenpick manger un petit cake à l’orange ou aux raisins. A de telles mastications il préfèrera toujours les ruminations intempestives. Elles prouvent que  ce ne sont plus les magmas du cœur qui nous habitent mais du mou pour les chats. Comme eux l’artiste a du flair. Ses dessins rappellent qu’il existe un jugement sans concession mais plein d’humour sur le peu que nous sommes et sur qui nous devenons. Aux odeurs de saintetés font place des parfums plus délétères et terre à terre. Pour autant, en voyant des Castafiore devenues veuves en troisièmes noces de capitaines ad hoc, nous n’en restons que fort peu marris.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

De Serge Cantero : "Huiles" et "La paravent", Humus, Lausanne.

 

09:40 Publié dans Humour, Images, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.