gruyeresuisse

09/05/2014

Thomas Hirschhorn de l’art pauvre à l’engagement, du gadget à la révolution

 

 

 

hirschhorn bon.jpgThomas Hirschhorn, « Flamme éternelle », Accès libre, Palais de Tokyo, Paris du 24 avril au 23 juin 2014.

 

 

 

Thomas Hirschhorn est originaire de Davos, passant par l’école des arts décoratifs de Zurich il vit et travaille à Paris et fut un temps associé aux « Laboratoires d’Aubervilliers ».  Il reste très présent dans son pays d’oirgine de Lucerne à Berne, de Genève à Fribourg, de Saint Gall à Lausanne. Son travail est fait principalement  de sculptures précaires fabriquées  à partir de matériaux du quotidien : vieux papiers, film d’alu, carton. Ces œuvres sont souvent des monumentales et requièrent la  participation du public. Dans le hall du Palais de Tokyo pour son installation « Flamme éternelle » un panneau  «Suivre les pneus» ouvre  son immense installation dans le ventre du bâtiment parisien. La première émotion « esthétique » ( ?) est olfactive : l’odeur du combustible de deux feux mêlés à celui du caoutchouc saisit le visiteur d’un capharnaüm  bardé de banderoles tendues au-dessus de 15000 pneus empilés.

 

 

 

L’artite à déjà multiplié ce type « d’évènements » ‘près d’Avignon à New-York ou Cassel entre autres) qu'il a appelé des « Monuments » dédiés par exemple à Antonio Gramsci ou à  Georges Bataille. Comme avec sa précédente exposition dans le même lieu («24 h Foucault») celle-ci oblige à revoir le rapport aux institutions muséales et à l’objectif de la création. Cette installation repose sur quatre concepts : «Présence, Production, Gratuité et Non-Programmation». Et l’artiste de préciser en tête d’exposition : «La Production n’est pas possible sans Présence. « Flamme éternelle » veut produire des rencontres, des événements, de l’amitié et  être un hommage à l’activité de la pensée.» 


Hirschhorn bon 2.jpg

 

Tout fonctionne donc sur le dialogue et la confrontation dans ce cheminement  balisés par les murs de pneus. S’y découvrent des bibliothèques d’ouvrages, un espace informatique libre sur lequel trônent des fragments de slogans en suspens, un café avec braseros où lisent et parlent pendant les deux mois de cette exposition près de 200 intervenants : écrivains, artistes, philosophes, universitaires. Il y a aussi un atelier avec outils et polystyrène et une vidéothèque  consultable. Tout est fait pour activer la pensée contre le muséal. Pas sûr cependant que l’objectif proposé soit tenu.

 

Et c’est bien là une limite d’un tel art : le musée reste un lieu à part et le Palais de Tokyo (moins qu’un autre) ne se prête pas à la fête iconoclaste. Est-ce un bien ou un mal ? L’artiste penche sans doute pour la seconde solution. Mais ouvrir l’art à qui l’ignore n’est pas simple et demande encore un grand bout de chemin et d’autres propositions ou anticipations à une telle ambition. Le néophyte risque de trouver au Palais de Tokyo  qu’une aire ludique et gratuite . Certes en ces temps de crise ce n’est déjà pas si mal…. Mais que ce soit hors institution (avec l’actionniste) ou dedans (comme Hirschhorn le propose)  la question reste ouverte. Il n’est pas sûr que la réponse de l’artiste soit la plus probante des stratégies.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

 

,

 

Les commentaires sont fermés.