gruyeresuisse

06/05/2014

Jean-Joseph Crotti le précurseur oublié

 

 

 

Crotti 2.jpg

(sur la photo, Jean-Joseph  Crotti est le deuxième à partir de la droite)

 

 

 

Jean-Joseph Crotti (né à Bulle en 1978)  commence à peindre à la jonction du XIX et du XXème siècle au moment où, quelques années plus tard, diverses avant-gardes révolutionnent la peinture : cubisme, fauvisme vont être relayé par le futurisme, la metafisica et un mouvement que Jean Crotti crée (après avoir peint des paysages où se superposent des cubes, des pyramides, des formes géométriques)  : Dada. Il restera « involontairement » un précurseur du Surréalisme récupérateur  dont il ne fera jamais partie. Rompant avec Tzara , en  perpétuel inventeur de formes il s’éloigne d’ailleurs de Dada. La dynamique interne de ses tableaux annonce l’abstraction que reprendra l’école de Zurich. Avant Calder il est aussi  à l’origine de l’art cinétique. Il crée la technique dite des «gemmaux» (technique de vitrail sans monture de plomb et dont il dépose le brevet). Ami de Picasso, Braque, Duchamp (dont il fit le portrait « sur mesure »), Chagall, Villon, Gleize, Picabia, Rouault, Kupka, Max Jacob, Cocteau, Apollinaire il meurt en 1958 sans jamais connaître leur notoriété mais en laissant derrière lui une œuvre majeure (dont le recollection ne l’intéressa que très peu). Elle est constituée de ce qu’il nomme des «poèmes plastiques».  En dépit de ses amitiés il resta isolé car il refusa toujours de demeurer au sein d’une école dans le souci de ne jamais se répéter.

 

 

Crotti 3.pngEn 1937 sa « Baigneuse », œuvre majeure figure au Petit-Palais dans le cadre de l'exposition des Maîtres de l'Art Indépendant. Ses peintures restent des expressions de l'invi­sible.  Crotti a su assimiler en parfaite liberté toutes les possibilités offertes en peinture par les avant-gardes. Ses œuvres restent à ce titre des soleils qui galopent par-dessus tout modèle. Les surfaces de ses toiles gardent des transparences qui généralement ne leur appartiennent pas. L’invisible rendu prisonnier par la lumière accède à une matérialité dynamique. Si bien que dans chaque œuvre une musique plastique ruisselle. Aérienne cette vision du monde rend la douleur paisible et le passé des avant-gardes se dresse près de nous dans une présence dont chaque pièce recueille la pierre avec la rose. L’ouverture y reste le seul abri.

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 


Les commentaires sont fermés.