gruyeresuisse

04/05/2014

Luc Andrié entre effacement et révélation

 

Andrié 2.jpg

 

 

 

 

Après une enfance entre brousse et cités d’Afrique du Sud et de l’Est,  bercé par les accents tsonga de ses nounous et le portugais de ses camarades de classe au Mozambique où il apprit dit-il « l’innocence »  Luc Andrié arrive en Suisse à 16 ans. Devenu objecteur de conscience il est emprisonné quatre mois. Il découvre « par désœuvrement, par nécessité, presque par hasard », le dessin.  Installée dans le Jura Vaudois à la Russille il maintient entre le monde et lui une distance qui se retrouve dans ses œuvres. Pendant longtemps ses œuvres ont pu choquer d’abord par leur sujet avec « Rien d’aimable » hier, « the opposite sexe » plus récemment et bien sûr  ses étranges portraits du peintre en slip (qu’il refusa de qualifier d’autoportraits). Au Mamco il a présenté « Bolaño » : le choc change de direction. Dans les dix neuf tableaux l’image semble disparaître ou pour le moins « s’indéterminer » en rectangles d’une extrême pâleur. L’artiste cultive le grisâtre tirant parfois vers verdâtre ou rosâtre qui se veulent dissuasif et repousser le regardeur. Avec un peu d’attention celui-ci discernera pourtant un même visage froid. Il s’agit de celui du poète chilien Roberto Bolaño qui devint pour le créateur un compagnon de route, un interlocuteur imaginaire.

 

 

 

Andrié.jpgTouché par ses textes sur l’exil, la pauvreté et les valeurs du cœur le peintre évoque son dialogue muet en ses oeuvres. Mais par delà cet hommage il interroge le rôle du portrait et de la figuration. Si bien que ce qui semble le nœud de l’œuvre à savoir l’effacement est lui-même oblitéré : « La disparition ne m’intéresse pas, dit L. Andrié, c’est trop romantique pour moi. » écrit le peintre. Il prouve que l’image la plus mince n’est pas une simple image. Preuve que la peinture laisse filtrer un réel plus profond que l’apparence. Ni fantômes, ni simulacres les portraits transforment l’apparence par entropie nouvelle. Elle permet au regard de sortir de sa prison mentale. Le portrait devient ce que Bernard Noël nomme «  un appelant ».  Par ce qui semble s’effacer le regard s’enrichit d’un nouvel œil. Mais la peinture du portrait ne donne pas toutes ses clés. Andrié sait qu’elle garde la taille de son mystère, qu’elle demeure est un calcul qui ne l’épuise pas. C’est pourquoi l’artiste traque une réalité sans ressemblance, lâche l’apparence pour une obscure clarté. Le dehors où le dedans s’exile pour se voir. Retournement sans retour en quelque sorte.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

Les commentaires sont fermés.