gruyeresuisse

21/04/2014

Emil Michael Klein : le rigide et l'organique

 

Klein 2.jpg 

 

Emil Michael Klein est peintre et sculpteur d’un genre particulier. Partant d’une forme d’abstraction et de suprématisme  ce jeune artiste surprend par ses travaux et leurs exigences. On a pu les voir à Lausanne où il vit mais aussi à Milan, à Paris, à Berlin, Bergame mais aussi à New York. L’artiste crée des formes géométriques rigides et basiques et des composition fluides et organiques. Les deux échappent autant à la pure abstraction qu’à la figuration. En ce sens le couleur possède une importance capitale : elle atténue la rigidité des géométrismes et à l’inverse éloigne les aires qui pourraient sembler figuratives. Chaque œuvre ou série est une exploration guidée par le médium. La sculpture devient le lieu de la fixité et de la grille, la peinture celui d’une danse formelle gaie mais profonde . Elle ressemble à ce que Winnicot nommait  « Squiggle » : un griffonnage coloré. Pour autant il n’existe pas entre ces deux médiums une dichotomie mais deux manières de saisir le monde et de le manifester autant à travers l’ouvert que le fermé.

 

 

 

Klein 3.pngAux rituels de certitude font place l’égarement et la transgression. Les membres rigides des entrelacs créent des marges d’incertitudes. Formes, couleurs, linéarités ou enroulements laissent entrer en nous leur inconscient. Il se met en symbiose avec le nôtre. En ce sens si la peinture et la sculpture restent toujours des Psychés ici elles dé-figurent. L’oeuvre de E-M Klein permet donc un fantastique voyage d'exploration autour des formes et des couleurs. L’artiste prouve aussi que la transgression reste la belle incertitude de l’art. "Perds toi toi-même, possède-toi toi-même" semble dire le plasticien qui dans son absence de figuration ou de narration pousse le voyeur à gratter le visible pour voir dedans.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

15:08 Publié dans Images, Suisse, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.