gruyeresuisse

19/04/2014

Anne Sauser-Hall : noire soeur

 

 

 

Sauser Hall 2.pngToute l’œuvre d’Anne Sauser-Hall est habitée d’un constant va et vient entre l’horreur (décalée) et le merveilleux, la beauté marmoréenne et le fugace. Un critique a appelé cela à juste titre  la dialectique de « la citrouille et du carrosse ». L’artiste vit et travaille à Genève. Elle s'intéresse aux enjeux de la représentation et développe une réflexion esthétique sur la question brechtienne de la distanciation. La théâtralité est donc centrale dans ses reconstitutions d'objets où elle scénarise des éléments du quotidiens qu’elle  réduit ou qu’à l’inverse elle agrandit afin qu’ils s’éloignent de leurs aspects utilitaires. De vieux jouets sont par exemple remplis de matériaux bruts. Une locomotive déborde de gigantesques morceaux de charbon, sur une luge se dresse la silhouette d’un couple fait des planches mêmes que l’engin, d’un chalet émerge une avalanche de cailloux. Il y a là sans doute un rapprochement avec les contes mais surtout une volonté de métamorphose. A l’innocence enfantine se mêle une forme de cruauté.

 

 

 

Sauser Hall.jpgElle s’est tournée aussi vers la vidéo afin de jouer de l’occupation d’un objet au sein de l’espace.  « L'Homme mort» ou  « Tiges de pivoines et sécateur » sont des hommages à Manet pour lequel en réponse une proposition du musée d'Orsay, elle a choisi « le Balcon » comme point de départ à une œuvre magistrale :  « Je ne repeins pas Manet avec la vidéo. La vidéo me permet de déployer dans le temps les gestes qui sont suspendus ou absents dans la peinture». Dans ce travail de « correspondance » elle traite l’espace en tant que surface à reconstituer et ouvrir. L’arte povvera s’y trouve revu et corrigé là où tout contenu trop explicite sur le plan politique et idéologique est remplacé par une véritable poésie des images. Elles retrouvent  en broyant parfois du noir une force première pleine d’humour et de grâce.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les commentaires sont fermés.