gruyeresuisse

04/04/2014

Cat Tuong Nguyen : Lumen et trappes

 

 

 

Cat bon.jpgAvec Cat Tuong Nguyen la photographie n’ajoute pas un objet au monde : d'une certaine manière elle arrache les apparences pour donner de la profondeur de ses gouffres en une  lumière paradoxale faite d'effluves. Elle  brise la séparation entre dehors et dedans, nuit et jour. Le photographe (qui se dirige de plus en plus vers la peinture) crée une luminosité particulière qui est éclaircie et non éclairage. L’impression de flou est souvent présente dans les photographies du Zurichois. Pour autant il n’abandonne pas son travail sur la netteté entre abstraction et figuration. Le choix du sujet devient secondaire ; la force de la géométrie et celle des contrastes primordiales. Les lieux sont retournés, déterritorialisés.

 

L’épaisseur prétendue et apparente du réel est soustraite à la représentation et au simple jeu de miroirs. En surgit une musique d’un inframonde. Et si le photographe n’avait pas été artiste plasticien il aurait sans doute créé de la musique - « le plus abstrait des arts » selon Schopenhauer. Pour le créateur le réel et l’image apparaissent comme des voiles qu’il faut déchirer afin d’atteindre les choses (ou le néant) qui se trouvent derrière. Cat Tuong Nguyen fait donc de la pénombre un élément spatial particulier, en effacement et dissolution. Il permet d'entrer  dans une utopie particulière, en un état de seconde nature si bien que nous comme de ses personnages ou de ses paysages : des oiseaux de nuit.

 

Jean-Paul Gavard-Perret


11:32 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.