gruyeresuisse

29/03/2014

Meurtre à la Maison blanche - Collectif_fact

 

 

collectif land.jpgCollectif_Fact, « A land fit for Heroes », Ferme-Asile de Sion, du 13 avril au 13 juillet 2014.

 

 

 

Le Collectif_Fact est constitué d’Annelore Schneider et Claude Piguet. Le duo vit entre Genève et Londres. Il propose, grâce à Véronique Mauron curatrice de « A land fit for Heroes », une exposition où vidéos, photographies et objets ouvrent sur un univers piégé de chasses-trappes. S’y retrouvent des assemblages d’images familières qui font référence à des films noirs classiques. Le tout est fondé sur l’espérance (douteuse) de la résolution d’énigmes dans un esprit proche du cinéma de suspense. Sous un aspect ludique (une gestion automatisée enclenche au passage des visiteurs des vidéos, éclaire certains points de l’exposition) est proposé un double questionnement : sur la façon dont l’image manipule tout spectateur  et sur la manière dont, sous effet de la crainte et de l’émotion, l’image « objective » crée des scénarii angoissants.

 

 

 

L’exposition entraîne le regardeur dans un labyrinthe optique.  Les quatre vidéos (« Hitchcock presents », « The Course of Things », « The Fixer », « A land fit for Heroes »)  deviennent des machines esthétiques pour sonder le réel et la manière dont l’image et le son le restituent. Dans la dernière des quatre vidéos - la plus intéressante - la caméra et son téléobjectif à partir d’un unique lieu  par un long plan séquence et en plongée  filment en gros plan la ville de Sion : ses diverses zones urbaines, ses alentours et isolent certains de ses « habitants ». Un coup de feu résonne, une silhouette nettoie une arme, des personnes courent. Mais les sons ne sont pas synchrones avec l’image. Si bien que la narration reste ouverte en s’intéressant plus aux temps morts qu’à une véritable « histoire » ou sa possibilité. Preuve que l’image n’est pas garante - tant s’en faut - de ce qu’elle « donne ».

 

 

 

collectif fact.jpgChaque spectateur est la victime des « tueurs » que sont les vidéastes. Ils réitèrent leur « coup » dans « Hitchcock presents » en s’emparant du dispositif du cinéaste pour sa bande annonce de « Psychose » tournée dans les décors de son film. Elle est transposée pour une étrange visite de la Maison blanche du Corbusier à la Chaux-de-Fonds métamorphosée en antre des mystères. Dans « The Course of  Things »  la voix d’Hitchcock sert de fil (pervers) à une traversée du Musée d’histoire naturelle de Londres où les visiteurs deviennent sans le savoir des otages d’un film de suspense.

 

 

 

collectif fact 2.jpgLa beauté plastique des films et de l’installation n’est pas pour rien dans la magie de l’exposition de Sion. Les deux créateurs savent que la critique de l’image peut - on dira même « doit »  - passer par le souci esthétique. Car ce qui est propre à séduire permet aussi d’émettre des doutes sur la capacité à l’image à produire du réel. Qu’on se souvienne du « Blow-up » d’Antonioni et bien sûr de celui dont les deux artistes sont forcément proches : Jean-Luc Godard.  Dans la procédure d’appel de l’installation  le « crime » (si crime il y a…) n’a le mérite que d’être annoncé. Cela représente une invitation à la discussion sur le réel plus qu’au bouclage d’une enquête.  Chacun de ses éléments restera d’ailleurs nocturne : sorti de l’ombre il y retourne. Preuve que rien ne sera résolu : comment en effet expliquer la nuit à la nuit ? Il convient donc d’exister comme l’image : sans vérité. L’exposition est à voir absolument pour s’en convaincre.

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.