gruyeresuisse

24/03/2014

Les puzzles de Valentin Magaro

 

 

 Magaro 1.jpgBuchpräsentation und Kabinettausstellung“, Galerie Scheublein+Bak, Zürich, 2014.

 

 

 

Dans les puzzles de Valentin Magaro l'absence elle-même est donnée comme présence absolue. Au détour de fictions plastiques en fragmentations la séparation est éprouvée dans toute sa rigueur (l'absolument séparé) mais permet de se retrouver dans la proximité du  fond de nos abîmes. L'absence consacre par anticipation le point sans centre où  l’image voire de l’imagination devient l'épreuve de son impossibilité. L’artiste de Winterthur nous fait des orphelins de l’image stable et formatée. Nous devons en accepter l'errance. Même (ou surtout) si elle rend incertain à nous-mêmes.

 

 

 

Chaque œuvre de Magaro met en cause et parfois en scène celui qui se tenant à lui ne tient donc à rien. En divers jeux d'écarts programmés la réalité éclate : elle n’est pas renvoyée par l’art à son fantasme. Celui-là inclut soudain une présence sur laquelle on ne peut mettre de mots. Ne demeurent que les éléments diffractés du réel. A chaque image correspond un dégel. Il convient d'en tirer les conséquences et d'aller au bout de la vérité que chaque fragment  fait toucher. Il y a là des sentinelles qui veillent. Mais les nôtres disparaissent en des cheminements sans but, des buts sans chemin qui fascinent : initiés par l’artiste ils provoquent les germinations de l'étincelante énigme.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

09:59 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.