gruyeresuisse

17/03/2014

Elodie Pong : l’image suspicion et le présent dubitatif

 

 

 

 

pong 3.jpgElodie Pong poursuit entre la Suisse et les USA une œuvre (principalement vidéos et performances) à la subversion  énigmatique, troublante, radicale. Dans une des ses vidéos, en un paysage de montagne, la phrase « Plan for Victory » est taguée en rose sur la neige. Soudain, une avalanche déferle et éradique tout sur son passage. Dans « Je suis une bombe » le féminin de l’être est renversé dans une scène érotique de pacotille où l’artiste fait tomber les masques. Les concepts de nature et de culture comme ceux des genres et des identités (masculin, féminin, fiction, réalité) sont interrogés afin de détruire le discours médiatique admis - dont l’avalanche citée devient la métaphore de leur catastrophisme. Dans une série de hiatus et de confrontations l’artiste est une « dépeupleuse ». Elle prouve que la fameuse phrase de Berkeley  au sujet des images :"Esse est percipi" ("être c'est être perçu") cache bien des ambiguïtés. A la perception Elodie Pong préfère la précipitation dans ses abîmes. L’œuvre reste une manière de démonter la figuration admise et les dépossessions qu’elle induit.

 

Pong.jpgL’approche multimédia illustre combien les processus médiatiques de grandes comme de petites envergures sont faits pour tenir à distance la vie et rendre le monde insaisissable. En choisissant la vidéo l’artiste  retrouve les "dissolving views" de la préhistoire du cinéma. Néanmoins avec elle la dissolution n’est plus portée à un point de non retour car soudain s’ouvre une nouvelle figuration parfois dans un climat comique et irréel mais parfois aussi sérieux que réaliste. L’image n'est plus fermée sur elle-même et autarcique : elle est parasitée par une narrativité  autonome.  Créant le refus de la séduction spéculaire (tout en jouant avec elle au besoin) la plasticienne provoque des suites de ruptures. Il s'agit de donner moins à voir qu'à entrevoir dans une simplification de plus en plus forte des éléments constitutifs du réel et de sa représentation officielle.  Elodie Pong créé donc une nouvelle forme de présent dubitatif  par ses effets d'image et de langage. Ils atteignent ce point limite où l'œuvre tient par tout ce qu'elle a sectionné.

 

 

 

 Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Elodie Pong est représentée par Freymont-Guth and Co Gallery et Laleria Local 30. Un ouvrage lui est consacré aux éditions Ringier.



 

Les commentaires sont fermés.