gruyeresuisse

20/02/2014

Les phasmes de Marco Delogu

 

Marco Delogu, Espace JB (Jorg Brockmann), Carouge-Genève, du 5 décembre 2013 au 28 février 2014.

 

 

 


Delogu 2.png


Nous ne briserons jamais certains de nos liens : ceux dont nous ne pouvons nous défaire sont la brisure même. Elle apparaît dans l’œuvre de Delogu en pluie d'écume noire tels l'ineffable, l'ineffaçable et l'entraperçu.  L’artiste permet de les deviner par l'interstice de l’ombre.

 

Indivisibles égarements, sillons, écharpes : le noir est promesse de blanc comme le soir est promesse d'aube.  Ce qui est le plus caché devient le plus éternel. S'agit-il d'un trompe-l'œil ou d'une tentation ?  Nul ne peut le dire mais la photographie avec Marco Delogu, dans ses jeux d’ombres, donnent à l'espérance sa dernière aurore.  Elle mange le réel. Il reste affirmé dans le noir qui l’engloutit mais afin de rejeter l’ombre pour la proie.  Chaque photographie rompt le silence de l'origine, fonde un aval du temps comme elle construit le monde sur des échos. Le désert de l’image devient nourrissant. Il s’agit d’une disponibilité non sommaire. D’où la nécessaire perte de repères afin d’élargir le mystère plus encore que d’en espérer une connaissance dans un temps nocturne, en son flux persistant et sa dispersion insistante.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

Les commentaires sont fermés.