gruyeresuisse

13/02/2014

Ping-pong palissade : Delphine Renault & Anne Minazio par Fabienne Radi.

 

 

 

Anne Minazio & Delphine Renault, « Featuring 1 » HIT, Genève, février 2014. Fabienne Radi “”Les épaulettes, le crème glacée et le stand de tir”

Radi.jpgSi peindre est difficile avant de peindre, voir est difficile après voir. Fabienne Radi le rappelle à propos de « Featuring N° 1 ».  Elle a, pour l’évoquer, les épaules suffisamment larges. Comme celles de « ses » égéries des années 80. Elle réanime ici leurs silhouettes armées de « l’équivalent d’une brique de lait sur chaque épaules » pour « extra-volumation  par prothèses de mousse » en réaction aux épaules affaissées des années antérieures. Rien n’a changé d’ailleurs puisque aujourd’hui un Jean-Paul Gaultier reste fidèle à cette érection qu’il rallonge même par des pointes en éperon.

 

 

Radi 2.jpgPar ce retour sur ces « déménageuses qui ne portaient pas d’armoire » mais  faisaient du trottoir où elles se promenaient un mur infranchissable Fabienne Radi propose une propédeutique à l’agencement entre l’atelier de Delphine Renault et les grands monochromes aux couleurs de milkshakes fraise et banane « séparés par un Aflter Eight pour un shooting d’un dessert Mövenpickk » d’Anne Minazio. Les deux artistes coupent la vision idéale, frontale et univoque du spectateur en lui cassant le cou puisque tout est créé afin de faire barrage à sa vue. L'envers est aussi mal visible que l’endroit dans une conduite forcée autour de la palissade (en prenant garde de ne pas se prendre les pieds dans les chevrons qui la soutiennent). Elle sert autant à l’accrochage qu’à un certain empêchement perceptif. Le point de vue classique se dissout. Reste son interrogation. A la fenêtre du tableau répond celle du lieu. Elle devient elle-même rétroviseur pertinent. La façon de regarder compte autant que ce qui se donne à voir. Cela permettra à tout spectateur de s’écrier « splendide ! » même s’il ne voit pas ou peu : preuve que rien n’arrête le regard même pas les freins de Renault.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.