gruyeresuisse

26/01/2014

Philippe Halsman du people au délire lyrique

 

Halsman.jpg

 

Philippe Halsman, « Etonnez-moi ! », Musée de l'Elysée, Lausanne du 29 janvier au 11 mai 2014

 

Halsman a inventé une spatialité aérienne en résolvant différentes questions techniques pour créer un système de formes en mouvement et des assemblages de diverses variations. Dès lors le messager d'un monde  a priori « people »  Philippe Halsman n'a cessé de le déclore. Celui qui réalisa 101 couvertures du magazine Life reste le créateur d’icônes d’icône (Marylin Monroe entre autres). Par ce qui devint  la « jumpology » il fomenta des images mouvements. Elles séduisirent Salvador Dali avec lequel il travailla pendant plus de 30 ans. Le Musée de l’Elysée ne se contente pas de proposer pas une simple galerie des portraits de l’artiste. Faisant appel aux archives familiales inédites  l’exposition propose une vision d’ensemble de la carrière du photographe : de ses débuts à Paris dans les années 30 au succès de son studio new-yorkais jusqu’à la fin des années 70.

 

 

 

Le temps fixe de la photographie trouve une nouvelle dimension spatiale et prouve que si tout dans le monde ne fait que passer il est possible de retenir dans l’instant une solidité de figure. Chaque image devient une tabulation et une incarnation des signes les plus volatiles et éphémères en des surfaces qui parfois éliminent la dualité abstraction/figuration. L’espace photographique devenu cinétique s’introduit une théâtralité du signe afin d'en prolonger les échos en un récit poétique.  Lambeaux de sérénité, bouchées cosmiques, soupes d’électrons : les figures semblent se diviser et s’unir.  Une métamorphose a lieu dans la pléthore  répétitive faite d’harmonies et de rebondissements. Halsman propose un monde « oignon ». Le "peler" revient à laisser échapper une insurrection savamment contrôlée : le réel trouve sa liberté et prolonge l'élan des signes qui jusque là le cernaient.

 

 

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

09:21 Publié dans Images, Monde | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.