gruyeresuisse

21/01/2014

Celui qui n’a jamais osé écrire à son épouse : entretien avec Alexandre Baumgartner

Baumgartner.gif

 
 
 
 
 
 
 
 
Franchissant les frontières du paysage et ses simples effets de réalité, 
prenant à bras le corps le dessin le plasticien se dirige 
vers ce qu’on ne voit pas encore et ce qui ne se verra peut-être jamais. 
Pour autant il ne se prétend pas prophète. Ses travaux sont autant de « paroles éclatées ». 
Elles permettent la mise à l’épreuve d’une proximité demeurée lointaine.
 
œuvres visible sur imagina-c-tion.com
 
Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ? 
L'angoisse d'oublier le rêve . . . et le mal de dos . . .
 
Que sont devenus vos rêves d’enfant ? 
Je ne sais pas si j'en suis sorti . ..
 
A quoi avez-vous renoncé ?
A faire une carrière de musicien
 
D’où venez-vous ?
D'une ville bénie (Bâle) de culture et d'enseignants qui m'ont ouvert d'autres horizons.
 
Qu'avez-vous reçu en dot ?
 La typographie grâce à Emil Ruder.
 
Qu'avez vous dû "plaquer" pour votre travail ?
J'ai le don de concilier beaucoup de choses.
 
Un petit plaisir - quotidien ou non :
sentir glisser mon crayon numérique sur la palette graphique.
 
Qu’est-ce qui vous distingue des autres artistes ?
De ne pas être connu
 
Quelle fut l'image première qui esthétiquement vous interpela ?
Paul Klee : Sinbad le marin, une reproduction des éditions "Exlibris" en Suisse.
 
Quelle première lecture vous marqua ?
Je ne sais plus exactement, mais probablement des textes d'Erich Kästner :
 "Emil und die Detektive"  (« Emile et les détectives ») et autres.
 
Où travaillez-vous et comment ?
Dans mon atelier-grenier devant l'écran de mon ordinateur.
 
Quelles musiques écoutez-vous ?
 Monteverdi, Frescobaldi, Pergolesi, Schein, Scheidt, Schütz, 
Bach, Buxtehude, les classiques mais aussi Stravinski, Satie, John Cage, Stockhausen, Berrio . . . Gato Barbieri.
 
Quel est le livre que vous aimez relire ?
J'aime écouter la même musique 3 jours de suite, 
la relecture d'un livre est rare sauf la consultation d'ouvrages graphiques et techniques . . .
 
Quel film vous fait pleurer ?
Je n'aime pas ça . . .
 
Quand vous vous regardez dans un miroir qui voyez-vous ?
Un visage qui n'est pas en relation avec mon image intérieure.
 
A qui n'avez-vous jamais osé écrire ?
…à mon épouse et amie . . . (c'est plus simple de créer des images)
 
Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
 New York, Basel(Bâle). 
 
Quels sont les artistes dont vous vous sentez le plus proche ? 
Paul Klee, Jean Arp, Armin Hofmann, Emil Ruder, Francis Wilson, 
Gérard Guerre, Serge Fauchier, Fernando et Humberto Campana, Philippe Apeloig, Thomas Schütte.
 
Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?
Un cerveau, des yeux et une main qui travaillent plus vite.
 
Que défendez-vous ? L
a solidarité et l'amitié entre créateurs, la liberté d'expression, je ne supporte pas le racisme .
 
Que vous inspire la phrase de Lacan : "L'Amour c'est donner quelque chose 
qu'on n'a pas à quelqu'un qui n'en veut pas"?
Le pessimisme.
 
Enfin que pensez-vous de celle de W. Allen : "La réponse est oui 
mais quelle était la question ?"  
L’optimisme, l'enthousiasme du créateur.
 
Entretien réalisé par Jean-Paul Gavard-Perret, le 19 janvier 2014.

 

 

 

 
 
 

13:00 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.