gruyeresuisse

19/12/2013

Philippe Fretz, portrait de l'artiste en serpent à plumes - chutes et ascensions

 

Fretz Philippe.jpgfretz 2.jpg

 

 

 

Philippe Fretz, In Media Res n°2, “Echelles et Serpents », art&fiction, Lausanne, 63 CHF.

 

 

 

Les suites proposées dans les « In media res » du peintre Philippe Fretz répondent à trois désirs de l’artiste : appréhender l’image qui reste toujours à venir, présenter l’état du travail et des découvertes du créateur et proposer en conséquence son « périodique d’artiste ». Bref il s’agit d’un « work in progress » mais totalement abouti.

 

 

Ce travail met en présence les images que le peintre a rencontré au fil de ses recherches et ses propres travaux. Il croise ces deux ensembles en des sortes de tableaux dans la manière où Aby Warburg avait construit les siens. Comme chez le théoricien de l’art chacun répond à une thématique. Dans ce n°2 le thème retenu est « Echelles et serpents ». Ces deux termes renvoient évidemment dans le monde judéo-chrétien à l’idée de chute et d’ascension de l’être humain. Mais Philippe Frtetz y introduit des images tierces de cultures foraines et populaires : masques dogon, imageries alchimiques par exemple. Quant au propre travail de Fretz il se réunit et se charpente sous le titre : "Seigneur Jésus Christ, Fils de Dieu, aie pitié de moi".

 

On ne peut dire si le péché originel y est plus brûlant que le feu, tant la peinture et les assemblages illuminent jusqu’à la gueule de la bête humaine. Parfois ses bras sont des ailes comme s’il était oiseau. Mais à l’aide d’une telle mise en scène l’univers est un spectacle et non un problème. Au besoin l’homme mène la chasse contre Dieu tout en l’adorant. Preuve que la stratégie de l’art est une grande ruse.

 

 

 

Jean-Paul gavard-Perret.

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.