gruyeresuisse

09/12/2013

Peter Stämpfli : métempsycose de l’art.

Stampfli.jpg

Peter Stämpfli, Pop Art Design, Barbican Art Gallery, Londres, 22 octobre 2013 au 9 février 2014.

Peter Stämpfli a donné un tournant et une alternative nouvelle à l’art abstrait. Il a d’abord créé de nombreuses peintures où il a réintroduit d’une manière particulière la figuration. Il mit en exergue des détails d’objets dans une monumentalisation qui les transformait totalement. Très tôt il s’est polarisé sur un objet emblématique de la société industrielle et urbaine : le pneu. Le tournant, le détournant, le coupant dans un sens toujours plus précis du détail il est allé à travers cette recherche jusqu’à une forme nouvelle de l’abstraction géométrique. Elle le rapproche de l’école de Zurich. Peter Stämpfli a donc poursuivi sa recherche à travers la sculpture selon la perspective « pneumatique ». Il crée une poésie plastique qui fuit la matière mais à travers elle. L’artiste reste comme stimulé par l’espoir d’un certain avenir à travers un symbole qui ne signifierait pas seulement un emprisonnement de l’être urbain dans un présent mercantile. Il transfère l’objet basique en des situations ludiques.

L’opération consiste à décontextualiser la marchandise et l’indéterminer par métamorphose. L’objet ne constitue plus un bien de consommation mais le génie du lieu optique et plastique. Au trivial se substitue une valeur quasi métaphysique que renforce l’abstraction des formes et le jeu des couleurs. Face à l’avidité du réel se dresse l’intemporalité d’un art dynamique. La matière de base devient le contraire du temps. Elle n’est plus consumée par lui. L’art la sauve du révolu et de l’usage. Il existe par le pont opéré entre image et objet une poétique de l’action et du rêve investi de l’essor de la vie. L’artiste opte donc pour une transcendance : planté sur le réel elle s’en affranchit pour offrir une sorte d’image de perfection que Stämpfli veut considérer non comme surréalité mais pure réalité. Tout flotte comme dans un rêve, s’élève dans le triomphe d’une utopie réalisée.

Jean-Paul Gavard-Perret.

11:27 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.