gruyeresuisse

07/12/2013

Husmann/Tschaeni : fuites au paradis

 

husmann-tschaeni.jpg 

Husmann/Tschaeni, “TINTINNABULATION”,Kunsthalle Luzern du  19 décembbre 2013 au 26 janvier 2014.

 

 

L'humour, le mouvement, la « transe » des formes et des couleurs, le mixage des cultures sont au centre du travail de Pascale Mira Tschäni et Michael Husmann. Ils dessinent et peignent de manière paradoxale : non sur la surface mais dessous : au verso de parois en verre. L’huile, l’aquarelle et différents pigments sont appliqués afin de créer des mirages polyphoniques. Ils transforment le lieu même de la "peinture",  Dans la profondeur de champ qui  devient surface s’inventent d'autres espaces où tous les mixages techniques et culturels sont possibles. Preuve que les deux artistes « ignorent » les dualités platoniciennes classiques d'où l'histoire de l'art actuel parle encore. Il y aurait ce qui fait modèle et ce qui fait copie, ce qui est intelligible et ce qui est sensible, ce qui est immobile et ce qui change. Chez Husmann/Tschaeni ces dualités sont rongées en une avancée ironique et onirique. Le dessin écarte et biffe, la peinture "couler" afin de donner un effet d’abîme à l’habituel effet de "représentation" de l’image. Le mot "fable" convient donc à un corpus bourré d'humour et de clins d'œil. On y grimpe aux ses rideaux de fumée, on se drapent dans les desseins des deux artistes où par défaut comme par excès l’unité est déplacée. L’espace ne mime plus le réel mais s'en moque. Quittant l'intimité de ce qu'elles désignent de la réalité les images engagent un en dehors du monde. Tout s’y désarticule mais tout est dominé.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

 

 

 

 

 

 

10:27 Publié dans Images, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.