gruyeresuisse

03/12/2013

Jérôme Meizoz et Zivo : d'entre les mots

 

Zivo 3.jpg Zivo et Jérôme Meizoz, « Pénurie », coll. RE-PACIFIC, Editions art&fiction, Lausanne, 220 pages, 2013, 45 chf, 30 €.

 

 

 

Pour leur deuxième ouvrage à quatre mains le peintre Zivo installé à Lausanne a repris un texte sous forme de lettre que lui a envoyé Jérôme Meizoz auteur entre autre de « Père et passe » et de « Séismes ». L’artiste a retranscrit à la plume le texte en le  rehaussant de dessins à l’encre. La transcription ose les ratures et une totale liberté de mise en page. Tout cela donne au texte une force encore plus intense. Les paysages évoqués deviennent un entretien infini entre l’artiste et l’auteur unis dans un souci de la protection de la vie au sein d’une rêverie. L’image complète et transgresse le texte afin de lui donner une seconde existence. Surgit de cette confrontation agissante une parabole  plastique. Elle mêle ordre et envie de donner de l'espoir si bien que le livre emmène le spectateur vers un questionnement  esthétique même si l’œuvre reste aussi une manifestation de l'état de désenchantement du monde tel qu’il est.

 

Ni Zivo ni Meizoz ne cherchent cependant à choquer. Ils savent qu'une telle attitude reviendrait à accumuler les clichés. Leur but est bien différent : il s'agit de questionner différents angles du quotidien  Et si les deux créateurs expriment leur "vécu" ils le transcendent en une œuvre « politique » dans la mesure où la politique passe d'abord par la culture. Leur « correspondance » déploie des visions violentes mais surtout subtiles et émouvantes liées à une quête des valeurs ancestrales. Celles qui creusent l'identité et mettent à nue l'aliénation culturelle.  Zivo est donc bien plus qu’un simple entremetteur entre le texte et son lecteur. Il s'en fait le messager, le passeur en proposant un caractère concret et une visibilité accrue à l'attention à l'être que Jérôme Meizoz fait jaillir de la masse obscure du fond de la conscience. Cette confrontation communiquante offre une continuité et une transparence. Elle transforme une certaine manière d’être en flux d’existence.

 

Jean-Paul Gavard-Perret

 

Les commentaires sont fermés.